La liberté d'expression, comme le tabac, est mortelle en France

Fabrice Lhomme montre l'importance de la liberté d'expression et son danger à vouloir l'exercer en France. La disparition mystérieuse de Jean-Paul Couraud souligne la fragilité d'une liberté d'expression se heurtant aux comportements d'apparence maniérée derrière lesquelles se réfugient des gens infréquentables et indécents pour travestir le mépris et la vulgarité. Baudelaire dénonçait les honneurs qui s'exhibent comme la gourmette du proxénète. Fabrice Lhomme propose donc une belle étude sur la mécanique de l'imposture qui conduti à s'interoger sur les errances de la justice et les insuffisances de la police. Son dernier article montre que c'est mortel. Rien de neuf. Le juge Borrel en a déjà fait la démonstration.

Fabrice Lhomme montre l'importance de la liberté d'expression et son danger à vouloir l'exercer en France. La disparition mystérieuse de Jean-Paul Couraud souligne la fragilité d'une liberté d'expression se heurtant aux comportements d'apparence maniérée derrière lesquelles se réfugient des gens infréquentables et indécents pour travestir le mépris et la vulgarité. Baudelaire dénonçait les honneurs qui s'exhibent comme la gourmette du proxénète. Fabrice Lhomme propose donc une belle étude sur la mécanique de l'imposture qui conduti à s'interoger sur les errances de la justice et les insuffisances de la police. Son dernier article montre que c'est mortel. Rien de neuf. Le juge Borrel en a déjà fait la démonstration.

.

Fabrice Lhomme ne le souligne pas, mais, lueur d'espoir pour les démocrates, les gouvernements qui adoptent les comportement - que son enquête dénonce - ou s'abandonnent à la facilité d'une telle mentalité sont santionnés par la Cour européenne des droits de l'homme : "Consciente de l'importance du droit à la liberté d'expression sur des questions d'intérêt général, du droit des fonctionnaires et des autres salariés de signaler les conduites ou actes illicites constatés par eux sur leur lieu de travail, des devoirs et responsabilités des salariés envers leurs employeurs et du droit de ceux-ci de gérer leur personnel, la Cour, après avoir pesé les divers autres intérêts ici en jeu, conclut que l'atteinte portée au droit à la liberté d'expression du requérant, en particulier à son droit de communiquer des informations, n'était pas « nécessaire dans une société démocratique ». " Requête N°14277/04 (§ 97 Affaire d'un magistrat révoqué après avoir dénoncé la corruption au sein du ministère de la justice - condamnation de l'Etat défendeur).

.

Les Français ont une chance qu'ils ignorent. Ils pratiquent naturellement l'une des deux seules langues offcielles admises par la Cour de Strasbourg. Ils n'ont donc aucune excuse à négliger cette procédure en considération des efforts d'un Turc tabassé dans sa geôle au fn fond de l'Anatolie et qui ne parle pas un mot de la langue de Molière pour être entendu. De plus, Strasbourg serait beaucoup plus proche de Paris que d'Ankara.

.

La vision anthropocentrique républicaine dans laquelle sont éduqués les Français les conduit à ne jamais prendre d'initiative permettant à la classe politique de se limiter souvent à une posture déclamatoire ; que les personnes de la société civile dénoncent régulièrement.

.

Celui qui déborde du cadre fait l'objet d'un traitement administratif spécial, voir extra administratif. La fréquentation des couloirs de prisons et des détenus éclaire parfois les causes de certaines disparitions. Est-ce la raison pour laquelle un détenu ne bénéficie pas de la liberté d'expression ? Son courrier est censuré par l'adminsitration, sans parler de son droit de vote, matériellement et pratiquement impossible. La France viole les droits civils et politiques de ses détenus. Un score très serré à une élection présidentielle mobilisera peut être un jour les quelques consciences endormies sur le sujet.

.

Le manque d'indignation sur la violation de droits fondamentaux témoigne d'une absence de sens critique et de sens civique. L'avachissement est un facteur poltique et économique favorable (à court terme). Qui mangerait encore si le client exerçait son sens critique sur les additifs qui encombrent les aliments industriels ? Les populations développent de nombreux cancers, l'infertilité augmente, ... A quoi sert un Ipad en plus d'un Ipod en plus d'un Iphone en plus d'un Imac en plus d'un Idiot ? Ceci s'applique également aux PC dont l'accumulation s'avère tout aussi inutile et plus problématique. "Money first" est toute la logique du système Floss, mais aussi des HLM de Paris, d'Urba, de l'affaire Luchaire, des vedettes de Taïwan, de l'attentat de Karachi, ... Pas besoin de chercher l'illustration du mépris sous les tropiques. Il se constate en métropole. Le suicide fait beaucoup plsu de mort en France que les accidents de la route. On ne fait rien par ce que le suicide ne coûte rien à la collectivité.Les accidents de la route mobilise les pouvoirs publics à cause de leur coût. Cela permet de placer le curseur de l'humanisme. L'enquête du sang contaminé a révélé la panique que provoque un système administrativo-politique pris en falgrant délit de mépris. Ce fut un bon apperçu de l'étendue du respect de la personne humaine.

.

La liberté est un produit marketing. Il l'a vend aux élections. Le reste du temps on stocke le produit à l'abri des curieux, et Jean-Pascal Couraud, comme le juge Borrel, ont peut-être payé d'avoir trouvé où elle était rangée. Le marketing politique montre que la forme l'emporte sur le fond. On se moque de savoir ce que pense les gens, l'essentiel est de les amner à adopter le bon comportement. Les dicours sont superficiels et jouent sur les réflexes plus que sur la réflexion. L'inconsistance des engagements est palliée par du mauvais mousseux et des petits fours pour flatter les instincts de masse et taire la critique. C'est la dimentsion alimentaires de l'expression "clientèle politique". Le dernier numéro de Sciences humaines traite de la soumission, dont le coaching serait le moyen le plus abouti. La Boétie avait déjà énoncé cette tendance il y a cinq siècle. Il serait même devenu à la mode de se contraindre soi-même. Cette évolution échappe aux contempteurs de l'opium du peuple... On sont nos positivites passés ?

.

Thucydide prétendait que la force d'une cité ne dépand que de la mentalité, de l'esprit du citoyen. Isocrate aussi. Voilà l'intérêt d'un gouvernement à faire disparaître l'enseignement de la culture classique. Sans esprit critique et sans capacité d'indignation, tout devient possible comme le montre le destin tragique du journaliste tahitien. C'est en France que cela s'est passé... Le tragique de la situation est à apprécier en considération des relations privilégiées qu'entretient le pouvoir avec les promoteurs de l'abrutissement du temps de cerveau disponible...

.

Des braves gens ont le sentiment d'habiter un pays "pourri", et il faut attendre qu'un voisin belge l'exprime pour entendre le mépris d'un VRP de la Real Politik en guise de réponse. Un revers agacé de la main est tout aussi insultant pour les Belges que pour l'opinion du pays censée être représentée sur la scène internationale.


ITW de Bernard Kouchner (12.01.09)

 

.

C'est une façon de botter en touche, d'éluder le problème. La dénégation est symptomatique. La crimonologie connaît le réflexe de se réfugier dans le déni. Insinuer la confusion mentale est courant dans les régimes totalitaires usant de la psyschiatrisation pour lisser le débat public. On trouve cette tendance dans la réaction du ministère de la justice à l'égard de la veuve du juge Borrel.

.

Compte tenu des nombreuses incidences et des réflexions que développe et nourrit l'enquête de Fabrice Lhomme, les éléments d'information important dévoilant des pratiques totalitaires sous le couvert d'institutions censément républicaines, de la capatation et du détournement de l'autorit politique au préjudice de l'intérêt général, ce dossier mériterait d'être accessible au-delà des seuls abonnés et de donner lieu à un véritable débat civique qui permettrait d'écarter celui sur l'identité qui n'est qu'un moyen de détourner l'opion de l'essentiel. Ce serait faire acte de salubrité publique. N'est-ce pas le rôle d'un grand journal ? Bravo encore.

.

RIP JPK. Il a fait son travail avec rigueur. A nous de faire le nôtre, de rester vigilant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.