Aimer, en 2024

           Elle fit glisser ses doigts, lentement, dans la chevelure du jeune homme. Mais en faisant attention à ne pas accrocher les picots servant à fixer ses cheveux sur son crane. Elle savait faire, elle était même experte à ce jeu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle fit glisser ses doigts, lentement, dans la chevelure du jeune homme. Mais en faisant attention à ne pas accrocher les picots servant à fixer ses cheveux sur son crane. Elle savait faire, elle était même experte à ce jeu. Il la regarda avec un certain degré de reconnaissance : ce n'était pas courant de trouver une fille si jolie, et si douce, à la fois attentive et bien élevée, et ne se faisant pas payer. Ils étaient allongés sur le lit, apaisés, mais attirés encore l'un par l'autre.

Il pensa au fait que, d'habitude, ce genre de soirée lui coûtait cher, et qu'il en ressortait un peu nauséeux, et amer, certain de ne jamais recommencer l'expérience.

Mais la chair est faible, et la solitude désastreuse pour son moral.

Alors il replongeait et trouvait rapidement en ligne la « petite copine » qui allait jouer l'amour avec lui pour une nuit ou pour quelques jours.

Celle d'aujourd'hui, pourtant, l'avait prévenu : elle n'attendrait aucune gratification. Elle voulait juste briser sa propre solitude.

Ses cheveux à elle semblaient naturels. Il ne comprenait pas très bien comment cela était possible, mais elle n'avait pas voulu répondre à ses questions. Tout en l'embrassant, et en croisant ses yeux noisettes qui pétillaient, il se perdait en conjectures...

Comment avait-elle pu échapper à la pollution qui avait rendu la plus grande partie de la population entièrement chauve ? D'où venait-elle, elle qui connaissait les jeux de l'amour, et qui, pourtant, ne semblait pas jouer ?

Était-elle l'une de ces nantis, les membres des grandes banques et leurs familles, les seuls à avoir pu traverser sans encombre toutes les catastrophes qui s'étaient abattues sur la population ? C'était, à vrai dire, la seule explication qu'il pouvait trouver à la conjonction entre l'état corporel parfait de sa partenaire, sans taches, sans pustules ni fond de teint pour tout masquer, et le refus de celle-ci de tirer de l'argent de leur rencontre.

Oui, ce devait être une alpha, qui venait s'encanailler sur des sites de rencontre pour la classe moyenne.

« A quoi tu penses ? » Elle le regardait si tendrement en lui posant cette question, qu'il chercha automatiquement dans sa mémoire cinématographique à quelle héroïne de série elle lui faisait penser.

Et puis, soudain, il se détesta. Il se vit devant elle, épiant chacun de ses mots et de ses regards, la testant, l'analysant. Il eut honte de lui, car une pensée venait de lui traverser l'esprit, comme un coup de poignard : et si c'était vrai ? Si elle était vraie ?

Il reprit sa respiration et, pour la première fois de sa vie, peut-être, décida d'être franc : « Je suis assailli par des doutes. Tu n'es pas comme les autres, tu n'as pas l'air de tricher. Même ta peau n'a pas l'air de tricher. Alors je suis perdu, je ne comprends pas qui tu es, ni pourquoi tu es là... ».

Elle fixa son regard dans le sien, une expression grave sur le visage :

« Je te remercie de ta franchise. Je ne peux pas te dire qui je suis, ni d'où je viens. Mais tu as vu juste : chez moi, on ne triche pas. Je te demande juste de ne pas me poser de questions. Comme ça, on pourra profiter au maximum de ce que l'on a à vivre. Ensuite, on verra...Tu es d'accord ? ».

Il était jeune, elle était belle. Il accepta sa proposition.

Quand elle sortit de l'appartement, l'agent FlaroX12 appela aussitôt son chef par communication neurowifi :

« Vous aviez raison. Il ne m'a parlé de rien de précis, mais il a deviné que je n'étais pas comme les autres. Il est beaucoup trop intelligent pour le travail d'ingénieur en sécurité pour lequel il est qualifié, cela le rend dangereux. J'ai donc glissé comme prévu quelques micro-électrodes dans son cerveau : il ne s'est rendu compte de rien. On pourra les activer quand vous voudrez, mais, à mon avis, le plus tôt sera le mieux. Je crains d'en avoir fait un peu trop et qu'il tombe amoureux de moi : cela augmenterait encore le risque. Il vaut mieux diminuer son QI très rapidement. Je pense à du 90, mais peut-être que 80 suffira ?...».

 

 

 

http://www.mediapart.fr/journal/international/040713/snowden-revele-obama-en-vilain-americain

http://www.mediapart.fr/journal/international/140613/le-fbi-lance-une-enquete-penale-lencontre-dedward-snowden

http://plus.lefigaro.fr/note/classement-pisa-les-inegalites-se-creusent-au-pays-de-legalitarisme-20101207-344275

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.