Son blog
231 abonnés Le blog de Liliane Baie
Ses éditions
1 / 17
Voir tous
  • Me too, les coups

    Par
    Elle avait la main leste, du moins, c’est ainsi que les adultes qui nous entouraient parlaient de la propension de notre mère à nous frapper. Quand ils en parlaient. Mais le plus souvent pas un mot n’était dit sur cette violence quasi-quotidienne.
  • L'année vide: reprendre la main sur l'écrasement sanitaire

    Par
    Dix mois, cela fait dix mois que l’on vit sous contrainte. Et rien n’assure que cela va s’arrêter, ni un jour, ni bientôt. Dix mois et mes réflexions oscillent sans fin du singulier au général, de ceux qui subissent la crise sanitaire et les décisions qui en découlent, modifiant profondément leur vie, aux décideurs et aux raisons de leurs choix, qui ne modifient pas profondément leur vie à eux.
  • Suspendu à ses lèvres

    Par
    Ce soir, notre président va nous parler. Encore. Et nous serons nombreux à être suspendus à ses lèvres. Encore. Enfin, vous serez nombreux à être suspendus à ses lèvres. Parce que pour moi, c’est non, définitivement non !
  • Réduire le terrorisme au silence

    Par
    Ceux qui sont tentés par le terrorisme doivent suivre attentivement l’actualité ces derniers temps. Et s’ils doutaient de la publicité qui serait donnée à leurs éventuels actes, cela ne doit plus être le cas, tant celle de l’assassinat du professeur Samuel Paty a été assurée dès les premières secondes par les chaînes d’actualité en continu, et par un grand nombre d’articles ou de commentaires.
  • Le point obscur du néolibéralisme

    Par
    Comme tout cela va vite! Certains commençaient juste à admettre que le réchauffement climatique était une réalité, que la pandémie due au coronavirus nous rattrapait déjà et mettait la majorité des pays du monde en situation d’urgence sanitaire et économique.
Voir tous
  • Édition Bordeaux sur Garonne

    Merci père Noël!

    Par
    Tu n’as pas une longue barbe blanche, ni des bottes fourrées (encore que…) et tu portes plus souvent un costume bien coupé qu’une houppelande écarlate, mais je t’ai pourtant reconnu, petit papa Noël, Ô toi sans qui cette fête ne serait pas ce qu’elle doit être.
  • Édition Bordeaux sur Garonne

    Élections sénatoriales dimanche 27 septembre: pourquoi personne n'en parle?

    Par
    Certes ce scrutin est un scrutin indirect. Donc ce n’est pas vous qui votez mais les conseillers municipaux qui ont été élus dans votre municipalité (qui forment 95% des grands électeurs). Les 5% restants sont constitués des conseillers généraux, régionaux et des parlementaires du département. Est-ce pour cette raison que la population est soigneusement tenue à l'écart de ces élections?
  • Édition Fictions futures

    Pandémie et réchauffement climatique: le monde d'après, comme ils disaient…

    Par
    Le Président s'assit dans son confortable fauteuil et parcourut à nouveau ses notes. Tandis qu'il lisait, les écrans s’allumaient les uns après les autres en face de lui, révélant des visages inquiets ou faussement placides, mais tous empreints d’une certaine solennité.
  • Édition Fictions futures

    Discours d'un Président de la République

    Par
    « Je viens vous parler ce soir parce que l'heure est grave : le désastre est à nos portes. La pandémie mondiale, après avoir attaqué l'Asie, s'étend désormais en Europe et dans d'autres régions du monde. » Fiction.
  • Édition Fictions futures

    Un conte de Noël

    Par
    Il était une fois un jeune homme, beau et bien fait, qui vivait dans le royaume de Démocraland. Ses parents, aisés sans être riches, lui apportèrent l’éducation qui sied à un garçon de bonne famille. L’enfant était brillant et réussissait en toutes matières, sachant en particulier deviner très vite ce que l’on attendait de lui.