Billet de blog 26 mars 2013

Forum Social Mondial à Tunis: pour une rupture avec le modèle dominant?

Le Forum Social Mondial s'ouvre ce mardi 26 mars à Tunis. C'est un véritable défi pour toute la société civile tunisienne. Et un évènement extraordinaire : qui aurait pu penser il y a douze ans que la Tunisie allait accueillir le 10ème Forum Social Mondial ? 

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Forum Social Mondial s'ouvre ce mardi 26 mars à Tunis. C'est un véritable défi pour toute la société civile tunisienne. Et un évènement extraordinaire : qui aurait pu penser il y a douze ans que la Tunisie allait accueillir le 10ème Forum Social Mondial ? 

C'est avec une assemblée des Femmes et une manifestation pour la dignité qui partira de la très symbolique place du 14 janvier1 que le Forum Social Mondial 2013 s'ouvre ce mardi 26 janvier. Plus de 30 000 participants et 4500 organisations, provenant de 127 pays des 5 continents de la planète, sont attendus pour participer aux quelques 1000 ateliers, 70 concerts, 100 projections de films, 50 expositions... Les différentes campagnes contre les politiques menées par les Institutions Financières Internationales, pour l'annulation de la dette, pour les droits économiques sociaux et culturels, contre la guerre et pour la paix, pour la justice climatique2, etc... seront naturellement présentes lors de ce Forum Social Mondial.

Mais comme le Forum Social Mondial de Belem (Brésil – 2009) avait été marqué par les apports des populations indigènes d'Amazonie et celui de Dakar (Sénégal – 2011) par les résistances en Afrique de l'Ouest, ce Forum social mondial à Tunis va prendre une tonalité toute particulière, à peine deux ans après la révolution et le printemps arabe qui ont secoué toute la région. A Dakar, nous avions appris la chute de Hosni Moubarak en plein Forum, lors de l'Assemblée des Mouvements Sociaux, dans un amphithéâtre en ébullition réunissant 2 500 personnes. Dès lors, que la Tunisie et la région du Maghreb-Machrek accueillent le Forum Social Mondial peut apparaître aujourd'hui comme une évidence. Mais il n'y avait rien d'évident.

L'organisation d'un tel Forum3, capable d'accueillir des dizaines de milliers de personnes reste un véritable défi. Un défi technique, mais également un défi politique. Il a fallu impliquer la très grande majorité de la société civile tunisienne et de la région du Maghreb-Machrek dans le processus de préparation d'un tel forum. C'est le fruit de plusieurs années de travail notamment mené à travers les différentes sessions du Forum Social Maghreb Machrek. Être en mesure de réunir la diversité des questions et exigences soulevées par les mouvements sociaux et citoyens de la Tunisie et de la région du Maghreb Machrek est un art difficile. L'importance des contradictions et débats qui animent ces mouvements sociaux, la profondeur des conflits qui traversent la région et les défis auxquels sont confrontés les fragiles révolutions de la région auraient pu empêcher la tenue du Forum. Le seul fait qu'il se tienne est d'ores-et-déjà un immense succès.

Cette édition du Forum social mondial, dans un tout petit pays d'à peine 10 millions d'habitants, confetti de la géopolitique mondiale coincé entre une Algérie non démocratique et une Libye saccagée, marquera l'histoire du mouvement altermondialiste. Comme à chaque édition du FSM, de nouvelles régions, de nouveaux groupes et de nouvelles personnes vont découvrir et s'impliquer dans un processus qui les dépasse tou-te-s. Construire des synergies entre les jeunes, fortement impliqués dans les mouvements révolutionnaires, et les organisations de la société civile préexistantes à la révolution est un enjeu clef. Comme l'est celui d'impliquer les nouveaux mouvements, tels que les groupes Occupy ou Indignados dans le processus des Forums. Le tout pour que les Forums perdurent comme un des creusets majeurs pour de nouvelles générations de militants.

A travers ce forum à Tunis, de nouvelles préoccupations vont émerger, directement liées à la région Méditerranée et à la place spécifique qu'elle occupe dans ce que certains appellent l'arc des conflits. Face aux accords de libre-échange que l'Union européenne veut mettre en oeuvre à marche forcée avec ces pays, il sera question de faire émerger un projet méditerranéen alternatif fruit des propositions des mouvements sociaux et citoyens du pourtour méditerranéen. Pour sûr, les débats autour de l'islam politique, des migrations internationales et régionales, des conflits en Palestine ou au Sahara occidental, du chômage des diplômés4, etc. connaîtront des avancées notables qui permettront de nourrir le processus des forums, du mouvement altermondialiste et des révolutions dans la région5.

Comme le précise Attac France dans son dernier communiqué, « la tenue de ce forum marque un tournant et témoigne de la nécessité d’une véritable rupture avec le modèle dominant ». Puisse-t-il en être une étape frusctueuse. 

Maxime Combes, membre d'Attac France et de l'Aitec, engagé dans le projet Echo des Alternatives (www.alter-echos.org)

Twitter : @MaximCombes

© 

1C'est le 14 janvier 2011 que Ben Ali a quitté le pouvoir sous la pression du peuple tunisien.

2Voir par exemple l'Espace Climat : http://climatespace2013.org/

3Ce texte doit beaucoup à celui rédigé par Amélie Canonne : http://blogs.mediapart.fr/blog/attac-france/070313/tunis-2013-un-forum-social-mondial-pour-la-dignite-la-solidarite-et-la-justice-sociale

440 % des femmes diplômées sont au chômage en Tunisie

5Voir cet article de Bastamag : les altermondialistes veulent redonner du souffle aux révolutions arabes - http://www.bastamag.net/article2996.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose