Billet de blog 22 mars 2015

Jacques Serena : Sa honte de faire partie

A une époque, je passais souvent par Strasbourg et m’y étais fait un groupe d’amis acteurs, actrices et assimilés. Je prévenais de mon arrivée et ils organisaient ce qu’ils appelaient plaisamment des soirées SPD, pour Serena, Pizza, Deleuze.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Gilles Deleuze (photo Marie-Laure de Decker) © 

A une époque, je passais souvent par Strasbourg et m’y étais fait un groupe d’amis acteurs, actrices et assimilés. Je prévenais de mon arrivée et ils organisaient ce qu’ils appelaient plaisamment des soirées SPD, pour Serena, Pizza, Deleuze.

Serena parce que c’est comme ça qu’ils m’appelaient, Pizza parce que c’est ce qu’on se retrouvait immanquablement à manger, Deleuze parce que c’est de lui qu’on se retrouvait toujours à parler, de lui et de ce qu’il avait remué en nous avec ses propos. Deleuze, en gros, était pour nous l’être qui le plus naturellement du monde semblait formuler avec clarté et justesse ce qu’on avait toujours confusément pressenti au fond de nous. A commencer, bien sûr, par son fameux : Créer c’est résister. Résister à quoi, il était inutile de préciser, à l’évidence, pour nous, il s’agissait de ne pas se laisser aller aux opinions courantes, à tout ce qui était courant, comme les opinions ineptes véhiculées par les écrans, télés et internet, ces valeurs grossières, vulgaires, ces interrogations systématiquement à côté de la plaque. Résister aussi, avant tout, contre le rythme effréné infligé par ces écrans, ce temps du zapping permanent, des réactions irréfléchies, ces enfilades de vues aussi courtes que virulentes, attendues, formatées, arrêtées, ces conclusions aussi hâtives qu’éprouvées. Les soi-disant débats qui débattaient à l’ouest de l’essentiel, qui ne débattaient en fait de rien, n’avaient de débat que le nom, n’étaient que des affrontements épidermiques à coups d’arguments fallacieux, de chicanes mesquines, des successions de coups bas. Pour un acteur, une actrice, pour l’auteur que j’étais, rien n’était plus angoissant qu’une pensée qui disparaissait à peine ébauchée, un propos qui passait sans cesse du coq à l’âne et de l’âne au cyclope, ce qui était le lot de la parole télévisée, dans le temps artificiel de la prestation télévisée, de l’actualité télévisée, le temps de l’immédiateté, de l’émotion à tout prix, du frappant, de la simplification, de la vulgarisation. Les aléas du direct, avions-nous alors coutume de dire.

Nous étions bien sûr conscients d’être de cette minorité qui avait pu se maintenir dans un temps qui lui était plus naturel. Le temps de la recherche artistique, qui, comme la science ou la philosophie, exigeait davantage. Qui permettait la réflexion, le recul, l’approfondissement. Le doute, la remise en cause permanente. Qui permettait d’avancer avec un rythme à soi. Prendre le temps qu’il fallait. Un artiste, un penseur, on ne lui ferait pas lâcher son affaire avant qu’il ne l’ait tournée et retournée sous toutes les coutures.

Nous restait surtout, des propos de Deleuze, pour ce que nous en avions retenu, qu’une des bases de l’art et de la pensée était avant tout de se désolidariser de la masse. Avait trouvé un bel écho en nous sa fameuse honte de faire partie de l’espèce, un sentiment dont il disait qu’il était au départ de toute réflexion digne de ce nom. Nous savions bien de quoi il parlait. De cette gêne quotidienne face aux imbéciles décomplexés, de la lutte sourde, du compromis, cette douleur lancinante de ne pas pouvoir dire à tous les abrutis que par la force des choses l’on devait coudoyer et qui nous débitaient leurs lourdeurs qu’ils étaient des lourds et qu’ils devraient la fermer.

Jacques Serena

© 

Jacques Serena est romancier et dramaturge. La plupart de ses livres sont publiés aux Editions de Minuit.        

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — International
Mais jusqu’où ira la Cour suprême des États-Unis ?
Après l’abrogation du droit constitutionnel à l’avortement aux États-Unis, une question traverse le pays : d’autres droits, comme le mariage homosexuel et même les relations sexuelles entre personnes de même sexe, sont-ils désormais menacés ? Éléments de réponse.
par Patricia Neves
Journal — Politique
Avoir un vrai scrutin proportionnel ? Il n’est jamais trop tard pour l’adopter
Malgré l’absence de majorité absolue à l’Assemblée, une réforme du mode de scrutin aux législatives serait toujours utile. Celui qui est en vigueur continue à produire des effets problématiques, tandis qu’un passage à la proportionnelle pourrait procurer des avantages supplémentaires. 
par Fabien Escalona
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison