Dire non à la vaccination contre la grippe H1N1

Nous ne nous vaccinerons pas. Par principe, nous sommes favorables aux campagnes de vaccination pour tous. A son obligation, à son utilité (le vaccin contre le tétanos par exemple). Et c'est pourquoi nous décidons de ne pas répondre à la convocation dans un centre de vaccination contre la grippe H1N1: parce que cette campagne de vaccination pour tous n'est ni transparente, ni utile et que la grippe H1N1 n'est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière.

Nous ne nous vaccinerons pas. Par principe, nous sommes favorables aux campagnes de vaccination pour tous. A son obligation, à son utilité (le vaccin contre le tétanos par exemple). Et c'est pourquoi nous décidons de ne pas répondre à la convocation dans un centre de vaccination contre la grippe H1N1: parce que cette campagne de vaccination pour tous n'est ni transparente, ni utile et que la grippe H1N1 n'est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière.


Cette vaccination n'est pas transparente car c'est le gouvernement qui la met en scène en transmettant des informations anxiogènes aux médias. Nous sommes le seul pays avec la Belgique à organiser une vaccination pour tous, et le résultat est qu'en pratique les plus fragiles ne sont pas forcément les premiers vaccinés. Cette campagne n'est pas utile et aucune étude aujourd'hui peut affirmer qu'elle sauvera des vies. Elle sert cependant au pouvoir de diversion en occultant et en aggravant le problème du financement de notre système de santé général en France.

 

Nous ne tomberons pas dans ce piège tant nous avons mieux à faire que d'aller se faire vacciner : pérenniser notre système de santé en France, d'égalité des droits et de fraternité entre les générations. Nous demandons des comptes à la Ministre de la Santé, qui est en train de remettre en cause le modèle français de sécurité sociale à vocation universelle, pour se tourner vers un modèle américain que dénonce aujourd'hui Obama et une majorité d'américains.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.