Billet de blog 26 nov. 2021

1. Ladies & gentlemen : Rory Gallagher !

Plus guitaréro que guitar-hero, bien loin des caprices de divas et autres excentricités de stars qui font le bonheur des tabloïds, Gallagher ne faisait pas de vagues et se contentait de sa musique pour provoquer des tsunamis auditifs. 1er épisode de la série « Guitares de légende et légendes de guitares ».

Zantrop
https://voyagepourlesgalapagos.blogspot.com/
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le cueillant à sa descente de scène juste après un concert d’anthologie, un journaliste demande à Jimi Hendrix ce que ça fait d’être le plus grand guitariste au monde.

« Je ne sais pas, allez demander à Rory Gallagher », répond Hendrix.

L’anecdote est séduisante.

Sauf qu’elle est complètement fausse.

On se la repasse probablement avec un plaisir gourmand de génération en génération, telle une IST dans une soirée étudiante. 

Mais quand même : ça te pose le bonhomme.

C’est que c’était un sacré musicien, le Rory. Un bluesman magique, guitariste rock virtuose, bête de scène.  Et quelle voix ! un véritable "Roary" Gallagher. 

Il faut le voir en concert, beau comme un ange avec son visage poupon perlé de sueur, ses longs cheveux qui lui tombent sur les épaules, vêtu de son éternelle chemise à carreaux, se démener comme un beau diable d’un bout à l’autre de la scène, jouant avec les spectateurs hilares, sans jamais se départir de ce petit air facétieux.

Une figure quasi christique qui aimait le public. Qui le lui rendait bien.

FR Rory Gallagher - "Cradle Rock" ( Irish Tour 1974) © Brérard Jean-Julien

 Extrêmement démonstratif sur scène, le natif de Ballyshannon (Donegal County, Ireland) était pourtant discret, réservé, modeste en dehors.

Rory, c’est le type parfait du bon copain avec qui tu aimerais aller au pub le vendredi soir, jouer une partie de Crazy Cricket pour oublier la semaine et refaire le monde en buvant un whiskey entre deux pintes de stout.

Plus guitaréro que guitar-hero, bien loin des caprices de divas et autres excentricités de stars qui font le bonheur des tabloïds, Gallagher ne faisait pas de vagues et se contentait de sa musique pour provoquer des tsunamis auditifs.

(Contrairement à ses illustres homonymes d’Oasis - Aucun lien. Quand on me demande si, des Gallagher, je suis plutôt Noël ou Liam, je réponds toujours que je ne connais que Rory)

Tout à fait à l’image de sa guitare, d’ailleurs : une humble Fender Stratocaster série 1961 achetée 100 £ qu’il trimballera toute sa (courte) vie, et dont la caractéristique reconnaissable entre toutes était l’état de délabrement de son vernis « Sunburst » complètement écaillé, décati, parti, bouffé aux mites, bref, usé jusqu’à la corde (de guitare). 

La Stratocaster de Rory Gallagher - Exposition 'Born to Rock' chez Harrods © http://flickr.com/photo/82832950@N00/385815601

En outre, s’il améliora continuellement sa guitare en remplaçant progressivement certaines pièces, on peut lire par-ci par-là que le son unique de cette Stratocaster était dû à un défaut de micro, qui plut tant à Rory qu’il ne le changea jamais.

Je veux bien le croire. Ça rajoute à la légende du personnage.

Quant au vernis, il se raconte qu’il aurait été abimé par la sueur très acide de Rory à cause de ses problèmes de foie.

Car Rory abusait en effet de médicaments pour soigner sa phobie de l’avion.

 - Médicaments ?

- non non, Irène, rendors-toi, pas de médiator ici. Enfin si, mais ... pas le même

Pour un musicien de classe internationale, avouez que c’est ballot : il avait les foies de l’avion.

Finalement, c’est l’avion qui lui a eu le foie.

Rory Gallagher Loreley 1982.(ROCKPALAST).- Bad penny © thanasis Skrep Metalo

Rory Gallagher est mort le 14 juin 1995.

S’il a bien dépassé le mythique club des 27, il s’est malheureusement arrêté à celui des 47.

Stoppé des suites de complications après une transplantation de foie.

Une mort on ne peut plus irlandaise.

Il nous laisse en héritage une flopée de bon disques et de vidéos à (re)découvrir, quelques statues, un cinéma et un musée à Ballyshannon, et même, pour les plus aventuriers d’entre nous : une rue à Ris-Orangis. 

Rory et quelques autres illustres musiciens sur la façade du Sally Longs à Galway © Zantrop

Aussi, d’apprendre qu’après la mort de Rory, la marque Fender a poussé le vice jusqu’à commercialiser une Stratocaster « Rory Gallagher Signature » en tout point identique à l’originale, avec le vernis déjà bousillé, qui se vend dans les 4000 boules… et bah, ça me les fout, justement, les boules.

Une guitare volontairement usée ? Et puis quoi, après ? des jeans neufs vendus déjà troués, peut-être ? des œuvres de Banksy lacérées qui se vendent encore plus cher ?

Non mais on est où là ?

C’est ça, le monde dans lequel on vit ?

Saloperie de capitalisme.

Vers la fin de sa vie, on retrouve, au festival Interceltique de Lorient en 1994, un Rory essoufflé et légèrement bouffi, en marinière et vareuse vert olive, mais qui a encore l’énergie et la passion d'une virtuosité à toute épreuve. C’est Shadow Play, en guise de chant du cygne, dans une vidéo "VHS rip" qui a la saveur des années quatre-vingt-dix.

Won’t you tell me how I can find my way

In this shadow play ?

Rory Gallagher - Shadow Play - Lorient (1994) © Metalrik

Salut Rory, merci pour tout.

Dans le prochain billet, il se pourrait qu'on évoque la légende d'une certaine "Lucille"... ça vous irait?

Zantrop.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie