Un comité stratégique d'aide créé en Guadeloupe

J'ai appris la nouvelle mercredi matin en Guadeloupe, et j'ai été vraiment sous le choc. J'ai des amis haïtiens en Guadeloupe, et quelques amis en Haïti dont on est sans nouvelles. C'est ce qui pouvait arriver de pire à ce pays, qui joue d'une incroyable malchance déjà durement frappé par plusieurs ouragans, et alors qu'il commençait à se relever économiquement. Nous avons très peu d'informations en Guadeloupe, les communications avec Haïti étant rendues extrêmement difficiles. Même les Haïtiens présents sur place n'arrivent pas à savoir si leurs proches sont sains et saufs. Ils sont dans une incertitude insupportable.

Toujours est-il que l'émoi aux Antilles est très grand, et la solidarité totale : en Guadeloupe, l'Etat, le Département, la Région, et des associations humanitaires se sont réunis toute la matinée de mercredi pour organiser l'aide d'urgence, et un comité stratégique d'aide a été créé. Les deux collectivités ont d'ores déjà débloqué 300.000 euros, une soixantaine de pompiers et de secouristes guadeloupéens et martiniquais doivent se rendre jeudi matin en Haïti par avion. Toute la journée, les médias locaux nous ont tenu informés de la situation là-bas, et les témoignages de ressortissants haïtiens vivant en Guadeloupe ont été nombreux. La société civile en Guadeloupe et en Martinique s'organise, et plusieurs réunions ont eu lieu pour fédérer l'élan de solidarité de la communauté antillaise en faveur d'Haïti.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.