Quand quatorze kilomètres de mer séparent l'Afrique de l'Europe

En ce dernier jour de juillet, 118 personnes sont arrivées sur le sol espagnol par la Méditerranée, ce qui a mis en alerte toutes les équipes de sauvetage du sud du pays dans la crainte de voir arriver ces prochains jours d'autres candidat-es à la migration clandestine. Environ 6 500 personnes ont été secourues en mer Méditerranée depuis jeudi dernier, notamment par la Marine italienne.

Ce dimanche, 118 personnes sont arrivées saines et sauves au port d'Alicante (Valence), grâce aux brigades espagnoles de sauvetage en mer. En début de matinée déjà, 19 hommes de nationalité algérienne avaient été interceptés à 25 miles de la ville de Carboneras, près d'Almería (Andalousie), et 30 autres personnes avaient été secourues par l'équipe du Salvamar Mimosa, au large de Carthagène (Murcie), dont notamment trois femmes et deux enfants de moins d'un an.

 © EFE © EFE

Ce sont ensuite une barque et un pneumatique qui ont été détectés par les équipes de sauvetage espagnoles, suite à un appel anonyme reçu dans la matinée au centre de surveillance d'Alicante, et passé depuis la ville maroquaine de Nador, située à environ 15 kilomètres de Melilla. Le Guardamar Polimnia, le Salvamar Polaris et l'avion Sasemar 101 ont alors pu porter assitance à 44 personnes au large des îles de Tabarca (Valence) et de Alborán (Canaries), dont 10 algériens et 34 subsaharien-nes (27 hommes, 6 femmes et une adolescente).

Intervention du Salvamar Polaris au large de l'île de Tabarca (Alicante, Valence) © Salvamento Marítimo Intervention du Salvamar Polaris au large de l'île de Tabarca (Alicante, Valence) © Salvamento Marítimo

Après avoir été accueillis par la Croix Rouge, ces nouveaux arrivants ont été entendus par la Police Nationale et placés, pour la plupart, en garde à vue. Ils seront conduits vers des centres de rétention dans l'attente de leur jugement. En fin de journée, une sixième embarcation était portée disparue, avec 12 personnes à bord selon les signalements.

Au beau milieu de la nuit de samedi à dimanche déjà, 25 personnes ont été secourues au sud-est de Alicante. © Salvamento Marítimo

Officiellement, environ 500 embarcations tentent d'approcher les côtes espagnoles chaque année. Entre 300 et 400 d'entre elles parviennent jusqu'aux Canaries chaque année depuis 2013, selon un rapport de Salvamiento Marítimo (tableau ci-dessous). À travers la création de cette entité publique de secours en mer et de prévention contre la pollution en 1992 (Loi 27/92), l'Espagne s'est dotée d'un outil lui permettant de faire face aux responsabilités que lui ont assignées l'Organisation Maritime Internationale (OIM), c'est-à-dire la surveillance d'un million et demi de kilomètres carrés de mer (environ trois fois la superficie de son territoire national).

Courbes de l'immigration clandestine par les eaux © Salvamento Marítimo Courbes de l'immigration clandestine par les eaux © Salvamento Marítimo

À ces fins, le Ministère du Développement emploie aukourd'hui 1 500 personnes, dont l'objectif est depuis 2011, et la refonte de cette loi sous Zapatero, de proposer "des missions de service public de sauvetage de la vie humaine en mer, de prévention et de lutte contre la pollution des milieux marins, de suivi et d'assistance au trafic et à la sécurité maritimes, et de remorquage et d'assistance aux bateaux et à toute embarcation complémentaire" (Art. 292).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.