Cette Espagne qui vient

Alors que la déflation suit son cours au sein de la quatrième économie de la zone euro, quand 1,4 millions de foyers sont régulièrement victimes de coupures d'eau, d'électricité ou de gaz, plan détaillé sur les propositions de Unidos Podemos en vue des élections générales du 26 juin, point d'ancrage pour un éventuel Front Populaire ces prochains mois.

Le 8 juin dernier, Carolina Bescansa, cofondatrice de Podemos, invitait la presse au 21, rue Zurrita (Madrid, quartier de Lavapiés), pour médiatiser le programme de Unidos Podemos. Si le format copie clairement celui d'un célèbre catalogue, le fond, environ 400 propositions, prétend répondre à six années de disette budgétaire. Pour l'image, la maison de la sociologue a en partie servi de cadre. Pour le reste, soit l'essentiel, ces points de programme ont été élaborés depuis les cercles citoyens et reprennent donc ceux présentés lors de la précédente campagne. Une annexe d'une vingtaine de pages jointe en fin de document authentifie l'accord programmatique passé avec Izquierda Unida

 

          La cuisine :

Il s'agit d'un chapitre en grande partie consacré à la démocratie économique. Entrons donc directement dans la cuisine (p. 6-7), où le lecteur peut surprendre le Général Julio Rodríguez, potentiel Ministre de la Défense podémiste, entrain de faire la vaisselle.

Julio Rodríguez, Général de l'Armée de l'Air et tête de liste Unidos Podemos pour Almérie (Andalousie) Julio Rodríguez, Général de l'Armée de l'Air et tête de liste Unidos Podemos pour Almérie (Andalousie)

Tout d'abord, Unidos Podemos propose d'engager l'État dans un processus européen visant la constitution d'une agence de régulation financière commune aux Étas membres, pour, notamment, enrayer le secret bancaire dans les paradis fiscaux. Pendant ce temps-là, Rafael Mayoral, Secrétaire de la coordination avec la société civile, étend du linge. Une cafetière italienne fume (p. 9). 

Ancien militant communiste (PCE), Rafael Mayoral est candidat sur la liste madrilène Ancien militant communiste (PCE), Rafael Mayoral est candidat sur la liste madrilène

Dans le domaine de la Recherche, UP propose de nouveaux statuts pour les cherch.eurs.euses., leur garantissant une carrière fructifère, basée sur le mérite, ainsi que la création par l'État de Centres d'Innovation Citoyenne, qui seraient gérés conjointement par les municipalités et les universités concernées, de bourses et de concours supplémentaires, tant pour les élèves que pour les entreprises souhaitant investir dans la transition énergétique, et l'éventuel rapatriement des cerveaux émigrés dans le cadre d'un plan d'innovation technologique et scientifique.

En ce qui concerne la Justice, Unidos Podemos souhaite dans un premier temps l'abrogation de la Loi 4/2015, dite loi "Mordaza" dans le langage courant (loi du bâillon). Il s'agit d'une loi sur la sécurité et la protection civile instaurée par le PP. Vigoureusement critiquée, notamment dans le cadre des mouvements sociaux, elle interdit, par exemple, tout rassemblement citoyen autour du Parlement ou du Sénat, les sit-in, bloquages et occupations, la prise d'image des forces de l'ordre, ainsi que toute tentative d'interférer sur l'expulsion d'un.e locataire ou d'un.e propriétaire. UP propose ensuite d'améliorer les standards actuels dans le domaine de l'assistance juridique (qu'elle soit publique et gratuite), de créer une Agence de Protection des Consommateurs et un Bureau des Droits Humains, de mettre en place une loi qui garantisse et facilite la liberté d'expression et de réunion, et de rendre les amendes proportionnelles aux revenus des condamné-e-s. 

Finalement, dans le domaine des prestations sociales, Unidos Podemos affirme pouvoir dédier un portefeuille de 85 millions d'euros à l'amélioration des prestations sociales de base, redistribués par les mairies, et créer un Centre d'Innovation et de Recherche ainsi que de nouveaux Centres de Services Sociaux (un pour vingt mille habitant-e-s).

 

          Le salon :

Cette section traite de la démocratie sociale. Unidos Podemos propose d'abord de pérenniser le système des retraites à l'aide d'un nouvel impôt, tout en garantissant le départ à 65 ans. Parallèlement, le programme évoque l'importance de légiférer sur l'autonomie et la dignité des personnes en situation de dépendance (physiothérapie et rééducation gratuites, amélioration des services pour l'aide à la personne, augmentation du montant de la prise en charge du matériel orthopédique, etc.), ainsi que sur l'inclusion des personnes à mobilité réduite ou fonctionnelle, par l'emploi et la professionalisation (p. 28-29). Par ailleurs, le programe fait également état de la reconnaissance constitutionnelle de la langue des signes (elle serait considérée comme une langue officielle).

Écrivain et professeur de philosophie, Luis Alegre est membre du Conseil Citoyen de Podemos Écrivain et professeur de philosophie, Luis Alegre est membre du Conseil Citoyen de Podemos
Ensuite, concernant la culture, Unidos Podemos souhaite un Ministère qui soit consacré à la culture et à la communication (actuellement, le secteur culturel est rattaché au Sport et à l'Éducation). S'ensuit une série de mesures législatives diverses, tant sur l'impossibilité de constituer des oligopoles médiatiques sans être contrôlé que sur le statut des artistes et des écoles d'arts. Par ailleurs, UP souhaite abaisser la taxe sur la valeur ajoutée des services et produits culturels, dont le taux actuel est le même pour tous les produits de consommation.

 

          L'éclairage :

Dans le cadre de la transition énergétique, le programme détaille la proposition d'un Plan National (PNTE), afin de changer de modèle productif et d'éthique de la consommation.

Ce plan promouvrait un investissement à hauteur de 1,5 % du PIB pendant 20 ans dans l'innovation énergétique tout en interdisant la fracturation hydraulique. Il s'agirait essentiellement de réaliser un audit national pour réorienter le secteur de la construction vers la réhabilitation, la rénovation et l'amélioration des bâtiments déjà existants (pour réduire leur consommation énergétique, etc.) et pour mesurer l'efficience du système électrique dans sa globalité. Enfin, le programme se fixe pour objectifs de nationaliser des centrales hydroélectriques et de lever des impôts sur les biens immobiliers inoccupés. 

À l'international, le programme opte pour s'opposer au TTIP, au CETA, ainsi qu'au TISA (certaines villes, comme Madrid ou Barcelone, l'ont déjà fait). En plus d'une Agence de Régulation Financière Européenne, UP envisage aussi de proposer la création une Agence Fiscale Internationale, placée sous l'égide de l'ONU (p. 40). Celle-ci pourrait, par exemple, sanctionner les transnationales qui cherchent à éviter d'être imposées là où elles font des bénéfices, et lever un impôt sur les transactions financières (taxe Tobin). Par ailleurs, Unidos Podemos souhaite multiplier les accords bilatéraux avec les pays du continent sud-américain, ainsi que la reconnaissance unilarérale par l'Espagne de deux États, la Palestine et le Sahara.

Enfin, pour garantir l'Égalité, le programme de UP propose de légiférer sur l'identité de genre (l'Espagne reconnait et punit la violence associée au genre depuis 2004), la reconnaissance et le soutien des familles monoparentales et l'aménagement du temps de travail pour les jeunes parents.

 

          Les salons :

Chantier important en Espagne, le document livré par Unidos Podemos propose la restructuration de la dette, qui passe notamment par un audit parlementaire incluant les citoyen.ne.s (mesure reprise récemment par Ciudadanos). De plus, UP propose de rétablir l'article 135 de la Constitution, qui concerne la dette publique et son plafonnement, tel qu'il était écrit avant la modification approuvée par PSOE et PP en 2011 (sous Zapatero). Concrètement, cela signifie que UP souhaite se désengager des pactes de stabilité budgétaire européens, comme le TSCG.

La constitutionnalisation de la règle d'or relève du bipartisme (2011) © euronews (en français)

Par rapport aux hypothèques, UP souhaite offrir la possibilité d'une seconde chance aux locataires et aux propriétaires susceptibles d'être délogé(e)s ou exproprié(e)s, notamment à travers de la régularisation de la dation en paiements rétroactifs et la réduction voire l'annulation de la dette quand il y a départ du logement. Par ailleurs, UP souhaite légiférer sur la possibilité de déclarer un bien immobilier insaisissable si considéré comme lieu de résidence unique et d'occupation permanente, ainsi que sur l'impossibilité de recourir à une expulsion sans proposition d'habitat alternatif.

Concernant la réindustrialsation du pays, UP annonce vouloir réagencer des voies ferroviaires, notamment autour des grandes zones portuaires. À ce sujet, lors du meeting de campagne de En Comú Podem, à Barcelone, samedi dernier, Mònica Oltra et Ada Colau ont ainsi évoqué le potentiel d'un possible couloir ferroviaire méditerranéen reliant la Murcie aux Pyrénées, en passant par les régions de Valence et de Barcelone. Le programme de UP fait en effet référence à la réouverture de plusieurs lignes, comme celle liant Confranc (en Aragon) à Oloron-Sainte-Marie, ou celle qui relie entre elles Teruel (Aragon), Saragosse (Aragon) et Sagonte (Valence), dans le but de faire de l'Aragon "un pôle logisitique".

Enfin, afin de relancer la compétitivité du pays et le pouvoir d'achat, UP souhaite rompre avec les deux précédentes réformes du code du travail (celle du PSOE, en 2011, et celle du PP, l'année suivante) et relever le salaire minimum de 650 € à 950 € en quatre ans. À l'échelle européenne, UP évoque aussi la possibilité d'une indemnisation des chôm-eurs-euses remise directement par Bruxelles, en cas de crise majeure, et afin de relancer l'initiative sociale en Europe, la nécessité d'un Eurogroupe social, réunissant les Ministres des Affaires Sociales et du Travail des pays de l'Union. Concernant les heures de travail, UP souhaite une semaine de travail à 35 heures (pour 40 actuellement) et propose de reprendre le contrôle sur les heures supplémentaires, qui ne sont généralement pas payées (environ 3,5 millions d'heures supplémentaires par semaine en moyenne n'étaient pas rémunérées pour l'année 2015). Cela implique d'une part l'embauche de nouveaux inspect.eurs.rices. du travail, doté-e-s de plus moyens, et d'autre part de rendre à la représentation syndicale et à la négociation collective leur place dans les accords entre le salariat et le patronat (les syndicats ont été très affaiblis par les réformes du travail, et la Banque d'Espagne en demande une nouvelle).  

ine

 

          Les salles à manger :  

"El club de las puertas giratorias" (Ed. La Esfera de los Libros, 2016), de Luis Miguel Montero, retrace les parcours des personnalités politiques qui se reconvertissent dans le secteur privé "El club de las puertas giratorias" (Ed. La Esfera de los Libros, 2016), de Luis Miguel Montero, retrace les parcours des personnalités politiques qui se reconvertissent dans le secteur privé
En termes de démocratie politique et de représentativité, Unidos Podemos opte pour la possibilité d'organiser des référendums révocatoires. Le processus révocatoire se baserait sur une pétition citoyenne réunissant au moins 15 % des inscrit-e-s sur les listes électorales. S'ensuivrait un vote parlementaire, et si au moins 158 députés (sur 350) se montraient en faveur d'une révocation, alors le Gouvernement devrait organiser un référendum national pour demander à la citoyenneté si elle souhaite de nouvelles élections. Concernant les carrières politiques, UP souhaite interdire la reconversion dans le secteur privé (actuellement, environ 50 personnalités politiques de premier plan siègent aux CA des entreprises de l'Ibex 35). Parallèlement, UP souhaite qu'un Observatoire Citoyen des Politiques Publiques soit mis en place.

Au sujet de l'unité territoriale, UP considère l'Espagne comme un pays plurinational et s'engage à faire respecter les singularités des communautés autonomes qui le souhaiteraient. Par exemple, concernant la Catalogne, UP souhaite la tenue d'un référendum consultatif traitant du statut de cette région par rapport à l'État central (p. 72). 

Afin de relancer la consommation, UP souhaite instaurer un revenu minimum (comparable au RSA). En premier lieu, les travailleurs.euses pourraient percevoir un complément salarial leur permettant d'atteindre les 900 € de revenus mensuels. Pour lutter contre la pauvreté (selon l'Institut National des Statistiques, 1 espagnol sur 5 risque de passer sous le seuil de pauvreté actuellement), UP propose de développer l'autoconsommation électrique (et les énergies renouvelables dans les administrations publiques et les transports jusqu'à 100 % en capacité). Parallèlement, UP souhaite également légiférer pour responsabiliser les fournisseurs d'électricité et de gaz, tout en garantissant un seuil minimum et universel permettant d'accéder au gaz, à l'eau et à l'électricité, notamment pour les foyers touchés par une pauvreté soudaine. Pour ce faire, UP propose la création d'une entité publique pour garantir l'accès au gaz et à l'électricité. 

Enfin, la confluence réunissant Podemos et Izquierda Unida valide dans son programme l'idée de création d'une banque publique pour soutenir l'investissement à partir du crédit pour les entrepreneurs (fusion de Bankia et Mare Nostrum).

 

          Les chambres :

Cette section est en grande partie consacrée aux droits au logement. Dans un premier temps, il s'agit de réformer la loi 29/1994, pour protéger les locataires (création d'un Observatoire du Droit au Logement (ODV)) à partir duquel sera établi un recensement du parc immobilier vide, et qui pourra contrôler et proposer de légiférer (bail extensible à 5 ans notamment, avec une éventuelle prise en charge des retards de loyer, la garantie de logements sociaux pour les personnes vulnérables ayant déjà fait l'objet d'expulsion et responsabilisation, dans un premier temps, des grands propriétaires comme les banques, les agences immobilières ou les "fonds vautours", et dans un second temps, de la Sareb, la société privée qui gère les actifs procédant de la restructuration bancaire dans le secteur immobilier). 

Alberto Garzón (IU) et deux membres de Europa Laica devant la Cathédrale de la Almuneda (Madrid). En Espagne, plus d'un million d'élèves sont scolarisés dans des instituts catholiques. © José Camo Alberto Garzón (IU) et deux membres de Europa Laica devant la Cathédrale de la Almuneda (Madrid). En Espagne, plus d'un million d'élèves sont scolarisés dans des instituts catholiques. © José Camo
Concernant la laïcité, UP propose de retirer les chapelles et les signes religieux apparents des universités, ainsi que de mettre fin à l'exonération d'impôts sur les biens immobiliers dont bénéficie l'Église (IBI), qui représente, selon Europa Laica, environ 2 milliards d'euros annuels. Par ailleurs, UP souhaite en finir avec les subventions que l'Église reçoit de l'État, comme notamment via l'impôt sur le revenu des contribuables (250 millions d'euros chaque année). En tout, Europa Laica estime que l'Église espagnole bénéficie de 11 milliards d'euros d'aides de l'État chaque année, soit 1 % environ du PIB.

En matière de Droit d'asile, UP souhaite que l'État respecte les engagements pris au sein de l'UE vis-à-vis de l'accueil des réfugié-e-s de guerre. L'actuel gouvernance de Mariano Rajoy s'était engagée à accueillir 18 000 personnes en deux ans. L'espagne n'a pour l'instant accueilli que 586 réfugié-e-s, selon la CEAR (Commission Espagnole d'Aide aux Réfugiés).

 

          L'Enfance :

Pour UP l'école doit être laïque. UP souhaite abroger la précédente loi sur l'éducation (la LOMCE), généraliser l'intégration dans les écoles publics de centres d'apprentissage spécialisés dans les domaines de la danse et du théâtre notamment. En tout, UP souhaiterait pouvoir investir 13,7 milliards d'euros dans l'Éducation (environ 5 % du PIB). Avec une telle enveloppe, UP garantit la diminution du nombre d'élèves par classe (environ 30 dans le primaire), la baisse des prix des diplômes universitaires, l'emploi de professeurs et de conseillers d'éducation aux pouvoirs renforcés, la possibilité d'offrir une formation continue aux adultes tout le long de leur vie salariée, et la hausse des salaires des fonctionnaires travaillant dans l'enseignement. Concernant l'éducation dans le primaire et au collège, UP souhaite supprimer les devoirs à la maison (l'Espagne est le troisième pays en temps dédié aux devoirs et le premier en matière d'échec scolaire en Europe, selon le dernier rapport de l'OMS).

Rita Bosaho, Carolina Bescansa et son enfant, Diego, au Congrés des Députés, le 13 janvier dernier. © Benito Ordoñez Rita Bosaho, Carolina Bescansa et son enfant, Diego, au Congrés des Députés, le 13 janvier dernier. © Benito Ordoñez

 

          Salles de bains :

Dans le domaine de la Santé, un des secteurs les plus durement touchés par les coupes budgétaires demandées par Bruxelles, UP souhaite pouvoir investir 8,8 milliards d'euros, soit l'équivalent de la somme des coupes dans ce secteur depuis 2010. UP propose une sécurité sociale universelle, une loi sur la fin de vie et la création d'une plateforme numérique consacrée à l'historique sanitaire de tous.tes les citoyen-ne-s, notamment.

Pour améliorer les recettes de l'État, le programme insiste également sur la nécessité d'en finir avec la fraude fiscale (48 milliards chaque année), de réhausser le seuil d'imposition sur le patrimoine (baisser la tranche d'imposition sur le patrimoine à 400 000 € au lieu de 700 000 € actuellement), et de prélever en priorité l'argent des plus grandes fortunes (hausse de l'impôt sur le revenu pour les tranches supérieures, à partir de 60 000 € par an). Par ailleurs, l'impôt payé par les grandes entreprises devrait passer de 5 % à 15 %, sans possibilité d'amnestie fiscale (mesure identique dans le programme de propositions du PSOE).

 

          Jardin/Terrasse :

Cette dernière section du programme de Unidos Podemos est consacrée à la démocratie citoyenne. Concernant l'urbanisation, UP souhaite obliger les constructeurs à intégrer une appréciation de la projection du coût environnemental dans les devis, ainsi que légiférer sur les zones constructibles (garantir la préservation des montagnes, des forêts, des plans et cours d'eau et du littoral principalement), ou encore embaucher des gardes forestiers supplémentaires (l'état des sites forestiers est parfois lamentable, et les incendies systématiques en été). À travers diverses propositions de loi, sur l'utilisation des sols agricoles, la protection de l'environnement et des paysages, ou encore la qualité de l'eau, UP compte moderniser la politique environnementale de l'Espagne, une démarche jusqu'alors souvent entravée par la corruption et le marché noir.

Le mois dernier, 6 millions de pneus ont pris feu, entre Tolède et Madrid (soit 70 000 tonnes). © 112cmadrid
 

Enfin, UP souhaite améliorer les outils juridiques permettant de sanctionner les pollueurs, notamment les personnes morales, les entreprises. Concernant le monde animalier, UP souhaite l'instauration progressive de référendums systématiques dans les localités où ont lieu des festivités en lien avec la tauromachie. Par ailleurs, les villes qui se doteront d'espaces et d'infrastructures réservés aux chiens domestiques seront promues par l'État (action comparable à la promotion des villes fleuries en France).

Andrea Levy (Parti Populaire), Margarita Robles (Nº2 PSOE Madrid), Inés Arrimada (Ciudadanos), Carolina Bescansa (Nº2 Podemos Madrid) Andrea Levy (Parti Populaire), Margarita Robles (Nº2 PSOE Madrid), Inés Arrimada (Ciudadanos), Carolina Bescansa (Nº2 Podemos Madrid)
Le lendemain de la médiatisation de ce programme, Carolina Bescansa a tenté de le défendre sur un plateau réunissant autour d'un débat politique des représentantes des quatre principales forces du pays (Andrea Levy (PP), non candidate, Margarita Robles (Nº2 PSOE pour Madrid), Inés Arrimadas (Ciudadanos), non candidate, et Carolina Bescansa (Nº2 Podemos pour Madrid), sont les premières à participer à un débat politique télévisé exclusivement féminin). Bescansa s'est montrée conciliante avec Margarita Robles, laquelle a pourtant souffert de grandes lacunes dans la maîtrise du programme du PSOE. Comme chacun-e des haut-e-s responsables de Podemos depuis 6 mois, Carolina Bescansa a rappelé aux électeurs et à l'appareil socialistes: "nous sommes en mesure de gagner les élections, mais nous aurons besoin du PSOE".

 

Finalement, outre son ambition didactique, le catalogue de mesures proposées par Unidos Podemos (en majeure partie à l'initiative de Podemos) offre plusieurs références littéraires que le lecteur attentif aura le plaisir de découvrir. On pourra par exemple comprendre quelles sont les lectures influentes sélectionnées par les parlementaires potentiels de Podemos pour faire campagne autrement. Iñigo Errejón, qui apparaît toujours entrain de lire dans le document, feuilette par exemple Camins per l'hegemonia, de Xavier Domènech, tête de liste du mouvement En Comú Podem. Plus féministe encore, Laura Pérez, Secrétaire Générale de Podemos en Navarre, préfère promouvoir Calibán y la bruja, de Silvia Federeci (Caliban et la sorcière : Femmes, corps et accumulation primitive, Éd. Entremonde, 2014). Quant à Juan pedro Yllanes, magistrat retraité et candidat Units Podem Més aux Baléares, il semble plutôt s'inspirer de No Logo, de Naomi Klein (No logo : la tyranie des marques, Actes Sud, 2001).  

Sondage réalisé en mai auprès de 17 500 personnes par le Centre d'Investigations Sociologiques (CIS). Sondage réalisé en mai auprès de 17 500 personnes par le Centre d'Investigations Sociologiques (CIS).
Pour conclure, à propos d'argent et de cohérence, même si le budget public n'est plus de 96 mais de 60 milliards d'euros environ, le programme proposé par Unidos Podemos demeure le même que celui qui a eté proposé par Podemos lors des dernières élections générales.

Cette baisse significative est surtout liée à deux problématiques, d'une part les efforts suplémentaires demandés par Bruxelles et Pierre Moscovisci pour réduire la dette publique du pays, et d'autre part le souci de se calquer sur les dépenses prévues par le PSOE (soit 62 milliards) en vue d'un accord de gouvernement.

Pour l'instant, les derniers sondages créditent la gauche du meilleur score jamais obtenu dans l'histoire récente de la démocratie espagnole. Unidos Podemos obiendrait 25,2 % des suffrages et le PSOE 21,2 %. Quand bien même le PP l'emporterait, le roi Felipe VI sait dores et déjà que les trois principaux partis refusent une éventuelle coalition avec le PP. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.