Sylvain Nandan
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Hispanofonía

Suivi par 59 abonnés

Billet de blog 24 juin 2016

Nous ne sommes pas seuls

C'est le message que relaye Pere Joan Ventura à travers cette oeuvre de 2015. Un film documentaire choral et musical, sous-titré en français, où les luttes sociales convergent inexorablement dans la reformulation d'un projet de société.

Sylvain Nandan
Enseignant TZR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si « la troisième guerre mondiale est sociale »1, il se pourrait que les mouvements sociaux espagnols soient déjà positionnés en première ligne. À travers un périple initiatique et initié dans la foulée du 15M, les caméras de Pere Joan Ventura, honoré du Goya du Meilleur Documentaire en 2003, pour El efecto Iguazú, ont archivé quelques épisodes symboliques, et déjà mythiques, de la contestation sociale face aux politiques à la fois conservatrices et ultra-libérales menées en Espagne entre 2013 et 2014. 

Fallait-il encore que le montage fût à la hauteur des dynamiques sociales observées. Ce qu'ont peut-être permis des producteurs comme Pere Portabella, cinéaste et documentariste connu notamment pour ses films clandestins durant la dictature franquiste, et El Gran Wyoming, médecin et comédien, présentateur de El Intermedio (programme de La Sexta), qui lance depuis dix ans chacune de ses émissions par le slogan : « Vous connaissez déjà les informations, nous vous dirons maintenant la vérité ».


Au milieu de 200 heures de prises environ, Anastasi Rinos a travaillé huit mois durant au montage. Il a finalement sélectionné 77 minutes d'images et de sons que traversent, notamment, des collectifs citoyens issus des Marées (mouvements défendant les services publics, distingués selon diverses couleurs), des yayoflautas, ces sexagénaires qui prennent d'assaut les rues et les secteurs associatifs pour organiser la protestation contre les dérives de l'austérité, ou encore de la PAH (une association de victimes de délogement).

Parmi les nombreux protagonistes du film témoignent ainsi, l'historien et essayiste, Josep Fontana, l'activiste et actuelle mairesse de Barcelone, Ada Colau, tous deux membres du mouvement politique Barcelona en Comúmais également Itziar González Virós, architecte et ancienne conseillère municipale ayant dénoncé la corruption dans le domaine de la construction à Barcelone, ou encore, Martín Sagrera, Docteur en philosophie célèbre pour ses pancartes dans les manifestations madrilènes. 


Aux rythmes de différentes étapes d'une rébellion citoyenne, allant d'une indignation vers une autre, comme par exemple, devant la vulnérabilisation de secteurs publiques comme l'Enseignement ou la Santé, progressivement soumis à la concurrence de marché, jusqu'à l'anticipation d'un vivre ensemble, redéfinissable selon des impératifs démocratiques, ce voyage passe donc, entre autres, par Barcelone, Valence, Gijón, Séville et Madrid.

Une mosaïque sociale prétendant finalement que tout progrès ou « garantie de changement » social, réside simplement dans une prise de conscience de la force citoyenne. Après quoi, il ne resterait que quelques pas entre des réunions féministes de province, comme celles de Les Comadres, et une formation musicale issue du 15M, la Solfónica en l'ocurrence. Quelques pas, et un Train de la Liberté, qui peuvent réunir deux millions de personnes autour de la Plaza de Colón, pour défendre le droit à l'avortement, et tous les autres...

No estamos solos [VOSTFR], de Pere Joan Ventura © Doña LoRca

1 THIBAULT, Bernard, La troisième guerre mondiale est sociale, Paris, Les Éditions de l'Atelier, « Les Éditions Ouvrières », 216 p.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat