Que célébrons-nous à Rome ?

Ce texte est de Miguel Urbán, co-fondateur de Podemos et député européen pour la gauche plurielle au sein du Groupe confédéral de la Gauche Unitaire Européenne-Gauche Verte Nordique (GUE/NGL).

Acte fondateur de l'Union européenne, ce samedi 25 mars est célébré l'anniversaire du Traité de Rome. Nous pourrions dire que soixante ans après sa fondation, l'Union européenne est devenue la plus grosse fabrique à euroscepticisme : en pratiquant des politiques qui conduisent les majorités sociales à la paupérisation, conduisent à l'extension de la xénophobie institutionelle, à l'apogée de l'extrême-droite et à la perpétuation du désastre humanitaire à nos frontières. Et ce qui est sûr, jusqu'au Brexit, c'est qu'aucune des conséquences en termes de droits sociaux ou de drames humanitaires n'ont impressionné l'inébranlable armature de l'UE. Contrairement à ce que l'on pouvait penser, la crise qui nous occupe depuis ces huit dernières années, loin de fragiliser les politiques néolibérales, a conduit à leur renforcement. C'est une consécration et une justification pour les politiques d'austérité, les mécanismes de gouvernance économique et les plans d'ajustement structurel, le discours de la nécessité d'une Europe-forteresse ou les nouvelles négociations sur les traités de libre-échange comme le CETA ou le TTIP.

Cependant nous ne pouvons pas dire que la crise soit récente. Nous devrions plutôt dire qu'elle vient de loin et qu'elle trouve son origine dans l'extension à l'échelle continentale de la révolution conservatrice et du thatcherisme : un processus qui a favorisé la mutation néolibérale de l'UE à travers le traité de Maastricht et qui est la base du sabotage de notre conception du projet européen. En effet, le troisième article du Traité de fonctionnement de l'Union européenne prévoit comme objectif de faciliter la connexion économique, sociale et territoriale, ainsi que la solidarité entre les États membres. Pourtant, les politiques effectives de l'UE sont allées dans le sens inverse : une union monétaire défectueuse dès le départ, laquelle a contribué à polariser l'Europe entre un Sud endetté et un Nord créancier, et des politiques d'austérité et de démantèlement de l'État social qui ont réduit les droits des classes populaires. Car, comme nous l'avons rappelé à de nombreuses reprises, les "politiques d'austérité" ne sont jamais en réalité qu'un plan prévu pour contrôler les agissements des États membres, tant dans les domaines économiques et du travail que dans un domaine purement social, dans la Santé ou l'Éducation.

La réalité nous démontre que l'UE de la démocratie, de la paix, de l'égalité et des droits humains n'existe pas, nous démontre que pas même sa création n'a été envisagée au cours de ce projet. Nous ne pouvons oublier que la cage d'acier juridico-politique de l'UE implique la constitutionnalisation du capitalisme et que ceci n'est pas une contingence plus ou moins accidentelle mais bien le coeur même du projet néolibéral dont il est ici question. Depuis la fondation même du "projet européen", la prédominance du marché dérégulé et ses principales conditions monétaires et budgétaires demeurent hors d'atteinte pour toute volonté démocratique.

De sorte que la génération des inégalités et de la pauvreté par le biais des politiques d'austérité est devenue l'objectif principal et la preuve la plus concrète de cette séquestration de la démocratie et des institutions de la part des élites, comme le dénonce le rapport d'Oxfam (en français, ici). C'est dans ce contexte d'accroissement des inégalités que la pauvreté est conçue comme l'ennemie, mais en réalité l'objectif n'est pas tant d'en finir avec elle que d'en finir avec les pauvres. Nous sommes passés de la prise en compte de la pauvreté depuis l'extension de l'État social à la stigmatisation de celle-ci par un État policier qui criminalise les personnes les plus pauvres. Devant l'impossibilité de solutionner l'insécurité dérivant des politiques d'ajustement et d'austérité, de la précarisation du marché du travail et de la diminution des droits individuels et des prestations sociales, on stigmatise à présent des phénomènes migratoires et la pauvreté plus généralement.

Dans ce sens, la gestion même de la crises des réfugié-e-s, avec la fermeture des frontières, est la conséquence directe de l'ordre qu'imposent les politiques d'austérité qui, au-delà des coupes budgétaires et des privatisations, sont une « imposition » à 80% de la population européenne d'un imaginaire de fer de la disette, comme l'affirme l'économiste Isidro López. Un « il n'y en aura pas pour tout le monde » généralisé qui rend possible les mécanismes d'exclusion, canalise le mal-être social et polarise la politique par son échelon le plus fragile (les migrant-e-s, l'étrangeté ou simplement « l'altérité »), disculpant ainsi les élites politiques et économiques qui sont les véritables responsables de la spoliation.

 

Il est symptomatique que les seules personnes à revendiquer les vertus de l'UE de façon rituelle tel que nous le verrons ce samedi à Rome soient membres d'une classe politique discréditée, qui paraît n'avoir ni culture ni valeurs. Plus ces élites en décadence célèbrent l'UE, plus elles la disqualifient aux yeux même de gens qui n'ont jamais montré la moindre sympathie envers l'antieuropéisme conservateur, nationaliste, voire xénophobe. À l'occasion de la campagne référendaire du Brexit, la canalisation d'un vote anti-establishment par l'extreme-droite eurosceptique fut un bon exemple de comment la polarisation politique peut s'exprimer de façon contradictoire dans une révolte anti-establishment, combinant un nationalisme excluant, une démagogie anti-immigration et une lassitude face aux inégalités sociales.

 

Au motif du soixantième anniversaire du Traité de Rome, la Commission européenne a présenté son Livre Blanc sur le futur de l'Europe. La rhétorique vide et grandiloquente des documents et des déclarations communautaires malgré la situation critique que traverse l'Union européenne demeure présente dans le Livre Blanc. Il ne s'agit pas uniquement de rhétorique dans ce cas, mais d'un mélange entre aveuglement et autisme où la seule issue à la crise de l'UE serait une combinaison de cinq hypothèses que présente le Livre Blanc : dans un cas on parle à la fois de moins et de plus d'Europe; un autre se caractérise par un intense déséquilibre dans les relations au pouvoir, au bénéfice des oligarchies et des pays les plus compétitifs, avec des institutions qui perdent en légitimité démocratique et sont privées de ressources pour accomplir des politiques redistributives. Face à cette crise, l'unique pari de cette UE est la militarisation, avec la création d'un Fonds Européen de la Défense, qui ne profiterait qu'aux entreprises du secteur de l'armement et à leurs groupes d'influence à Bruxelles.

 

Quand l'austérité devient l'unique option politico-économique pour des institutions coupées de la préservation de l'intérêt général, cette UE devient un problème pour les majorités sociales et la construction d'une Europe différente s'annonce comme l'unique réponse succédant à cette dérive que nous vivons. De cette façon, un changement de cap ne doit pas seulement être un désir, une possibilité, c'est avant tout une urgence. Un plan alternatif qui exige pour l'Europe un ensemble de mesures qui permettent non seulement d'enterrer « l'austérité » mais également d'aborder la régulation bancaire, l'harmonisation fiscale et sociale progressive, le non remboursement des dettes illégitimes qui ne sont qu'un instrument disciplinaire à l'encontre des peuples du sud, ou la nécessité d'un plan d'investissement européen qui rende caduque le Pacte de Stabilité et de Croissance.  Ces mesures, qu'elles soient envisagées depuis l'échelle nationale, à l'échelle supra-nationale, voire à une échelle pan-européenne, percuteront inéluctablement l'architecture actuelle de l'UE, envers laquelle il ne reste pas d'autres solutions que celle de désobéir. 

Désobéir, c'est construire une proposition politique à l'échelle européenne qui combatte la construction actuelle de l'UE et récupère ses racines démocratiques dans un antifascisme partisan, dans la solidarité, la paix et la justice sociale. Un projet européen duquel on n'expulse ni n'exclut personne, un projet que personne ne voudrait quitter. Voici la tâche qui, aujourd'hui plus que jamais, devient indispensable à accomplir.

 

Tribune parue [en espagnol] dans Contexto, le 24 mars 2017.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.