HPST : les Agences Régionales de Santé , c'est parti !

Sur plus de 900 candidats (ça paye bien), après un processus de recrutement de 9 mois, 26 heureux élus ( correspondant aux 26 régions de Métropole et DOM) sont nommés - en Conseil des Ministres- préfigurateurs. Ils sont chargés de mettre en place les ARS, d’ici au plus trad le 30 juin 2010, avant d’en assurer la direction.... Un séminaire d'intégration des préfigurateurs aura lieu les 8, 9 et 10 octobre. Les prises de poste en région se feront à la suite de ce séminaire.

La place essentielle des A R S dans les réformes votées dans la loi HPST a été présentée dans un article du 22 août 2009
http://www.mediapart.frhttp://blogs.mediapart.fr/edition/article/220809/et-maintenant-les-r-s-futures-cles-de-voute-du-systeme-de-sante-les-plac

 

Annuaire Sécu et ENS3 (lettre du 4 octobre 2009) et le Quotidien du médecin du 30 septembre 2009 (Delphine CHARDON) commentent cet évènement: "Maintenant, les grands travaux peuvent commencer"

 

"Le challenge est immense" en matière d'organisation des moyens:

Mettre fin à l'émiettement des structures administratives qui, sur le terrain, gèrent les établissements de soins et la médecine de ville. Faire collaborer des personnels qui ne partagent pas la même culture, Mettre de l’ordre dans la jungle des statuts. Rendre compatibles des systèmes informatiques qui ne le sont pas: l’ARH, la DRASS et la CRAM, pour ne citer que ces trois organismes-là, travaillent sur trois réseaux informatiques différents, non connectés entre eux. Partout devront cohabiter des fonctionnaires d’État, des agents de l’assurance-maladie, des contractuels de droit public.

Parallélement à ces objectifs d'économie du coût de fonctionnement, c’est aussi l’ARS qui définit les « territoires de santé » ( pertinents ? )pour les activités de santé publique, de soins et d’équipement des établissements de santé, de prise en charge et d’accompagnement médico-social ainsi que pour l’accès aux soins de premier recours. L’agence joue aussi un rôle de surveillance et d’alerte sanitaire.

 

 

 

 

 

Et pour la santé des citoyens? Tout est prioritaire:
Prévention, amélioration de l’accès aux soins, lutte contre la désertification médicale « grâce à un meilleur système de gardes et grâce à une meilleure répartition des médecins et de l’offre de soins », amélioration du parcours de soins, en contribuant à la réduction des inégalités en matière de santé ....et en veillant bien entendu au respect de l’objectif national des dépenses d’assurance-maladie (ONDAM). La loi a également placé sous la responsabilité des A R S la santé au travail, la PMI, la médecine scolaire et les centres de santé… L’agence est également en charge de la gestion du risque au niveau régional,

 

Décentralisation ?... à voir. L’ARS décline localement et adapte, par le biais d’un « projet régional », les politiques nationales de santé.

 

 

 

 

 

Qui évaluera les résultats ..et quand ?
Il n'y a pas lieu de se faire du souci sur les évaluations "comptables" . On aimerait en savoir plus sur les moyens d'évaluer les progrès en matière "d'égalité d'accès aux soins sur tout le territoire" et si les usagers auront leur mot à dire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.