Les « je…dis » de Paul Valéry (2)

Pour le troisième jeudi consécutif, les enseignants et les parents du collège-lycée Paul Valéry ont bloqué la circulation sur le boulevard Soult, à Paris, dans le XIIe, pour sensibiliser les automobilistes et la population sur la suppression de postes, de classes et d'heures de travail scolaire. Le blocage commence à 7 h 30 jusqu'à 8 heures, pour que les élèves ne soient pas pénalisés.

 

Les décisions du rectorat touchent surtout l'est parisien, les établissements Voltaire, Matisse et particulièremente Paul Valéry.

 

Ce jeudi, 3 avril, les lycéens se sont également manifestés dans l'enceinte scolaire. Les enseignants sont nombreux dans cette «résistance» qui concerne leur devenir professionnel mais aussi le futur des enfants de ce pays. Pour l'audition parlementaire qui va avoir lieu à l'Assemblée dans les prochains jours sur les choix du Ministère, les enseignants de Paul Valèry et les parents y seront invités, d'après la députée de l'arrondissement.

 

Les parents d'élèves qui participent à ce mouvement appartiennent aux deux fédérations la PEEP et la FCPE confrontées qu'elles sont aux conséquences des décisions ministèrielles, dont les innovations seront les classes de 35 élèves et la suppression de quelques expériences pédagogiques avec des classes à effectif réduit. On peut constater la primauté de la logique budgétaire comme si «l'économie l'emportait sur l'homme». On est loin de "nos humanités" !

 

Les mouvements politiques ne semblent pas mesurer l'étendue de cette question. Leur présence à côté des manifestants est pour le moment faite de promesses ...

 

Pour suivre le "feuilleton" de la mobilisation à Paul Valéry, la réalisatrice Isabelle Langederome en a déjà préparé six : http://fr.youtube.com/langederome

Par ailleurs, une séquence exemplaire de la résistance non-violente :

http://fr.youtube.com/watch?v=ojB-BJDLONY

A "je...dis" prochain ! Le 11 avril !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.