Les bidonvilles sont de retour à Paris!

Quand j’étais plus jeune, mes parents me parlaient d’une époque bien avant ma naissance où il existait des bidonvilles autour de Paris.

Quand j’étais plus jeune, mes parents me parlaient d’une époque bien avant ma naissance où il existait des bidonvilles autour de Paris. Je me souviens d’avoir été surpris par cette histoire et rassuré de savoir que ce temps était révolu.

Pourtant, il a quelques jours en remontant le boulevard périphérique en direction du nord de la capitale, j’ai eu une vision du passé en scrutant les abords de cette voie qui ceinture Paris : des dizaines de maisons, de cabanes faites de toiles, de tôles et de divers matériaux de récupération ont poussé sur ces plates bandes inhospitalières. En 2008, les bidonvilles sont donc de retour a Paris ! Qui peut bien habiter dans ces conditions? Sans eau courante, sans électricité et dans des conditions d’hygiènes déplorables ?

En voyant des toiles de tentes rouges, j’ai d’abord pensé aux sans-abri du canal St Martin. Mais si les enfants de Don Quichotte soutenaient ce camp, les caméras et les « peoples » s’y bousculeraient déjà !! Puis, je me suis souvenu de ce camp de Roms à Choisy le Roi, qui avait été évacué par la force en juillet 2004. La ressemblance était frappante. En voyant des femmes, des enfants, des familles, j’ai su qui vivait ici et j’ai été heurté par cette froide réalité que je croyais atténué par l’illusoire prospérité de notre pays. Comme beaucoup, je vois des exclus dans mon quotidien : des hommes seuls qui font la manche dans le métro ou qui dorment sur les bouches d’égouts à Paris. Mais ici il ne s’agit pas de cette pauvreté cruellement habituelle, il s’agit d’une communauté entière qui s’installe, s’organise et vit complètement en marge de notre société.

Pendant que roulent les belles voiture sur le périphérique, notre « tiers monde local » s’étale sur la bas coté comme ces panneaux publicitaires qu’on regarde sans plus y faire attention. La violence d’une telle situation ne choque apparemment pas grand monde. J’imagine bien que les associations caritatives ont dû tirer la sonnette d’alarme depuis longtemps. Je suis juste surpris de ne pas avoir vu notre super héros président voler à la rescousse de ces familles qui auraient bien besoin de lui !Mais ici point de camera, point de média, point de célébrités venus passer une nuit dans ce camp par solidarité. Juste des gens simples venus chercher un peu de tranquillité et de prospérité dans notre beau pays et qui finissent dans un bidonville sur les bords d'une autoroute.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.