Centre Stéphane Hessel

Boissy St. Léger (Val de Marne) - Manifestation du 16 avril 2008 avec l'inauguration du Centre Stéphane Hessel. France Terre d'Asile, association gestionnaire du centre, a lancé le 20 juin 2006 à l'occasion de la Journée Mondiale du Réfugié, une opération de solidarité appelée « témoins du bien commun », associant à leurs projets une personne ayant vécu ou vivant encore en exil ou étant engagée dans le combat des droits de l'Homme, d’une certaine façon les garants de la tradition française et du bien commun qui représentent la valeur de l'hospitalité et du droit d'asile.
Boissy St. Léger (Val de Marne) - Manifestation du 16 avril 2008 avec l'inauguration du Centre Stéphane Hessel. France Terre d'Asile, association gestionnaire du centre, a lancé le 20 juin 2006 à l'occasion de la Journée Mondiale du Réfugié, une opération de solidarité appelée « témoins du bien commun », associant à leurs projets une personne ayant vécu ou vivant encore en exil ou étant engagée dans le combat des droits de l'Homme, d’une certaine façon les garants de la tradition française et du bien commun qui représentent la valeur de l'hospitalité et du droit d'asile.Dans ce Centre, créé en 1999, le nom de Stéphane Hessel, en cette année de commémoration des soixante ans de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, parrainera et soutiendra tous ces jeunes mineurs, demandeurs du statut de réfugié et de la protection de la France. Mineurs isolés, sans référant légal sur le plan familial et souvent sans aucun autre lien « qui ont eu à subir l'oppression, la persécution et l'enfermement dans leur pays respectif » bénéficient d'un accueil et d'un accompagnement pour les aider à se reconstruire et à être reconnus.Choix plus que symbolique de l'Association France Terre d'Asile, donnant le nom de Stéphane Hessel à ce premier Centre d'Accueil. Résistant de la première heure, arrêté par la Gestapo, déporté à Buchenwald et à Bergen Belsen, il deviendra après la guerre diplomate aux Nations Unies et participera à la rédaction de la Déclaration Universelle des droits de l'Homme de 1948. Il sera nommé Ambassadeur de France en 1981.Proche de divers cercles de réflexion, Stéphane Hessel s'engagera dans plusieurs combats du côté des victimes de l'arbitraire et de l'injustice. En 1996, dans l'affaire des sans-papiers de l'église St-Bernard il sera un des membres du Collège des médiateurs.Le Centre accueille une trentaine de mineurs isolés, demandeurs d'asile entre 13 et 18 ans avec l'objectif de les accompagner pour une période ne dépassant pas un an, avec « un accompagnement socio-éducatif, médical, scolaire, juridique et psychologique ». En 2007, il y a eu 59 mineurs isolés étrangers dont 45 garçons et 14 filles. Chez les filles la moitié étaient originaires du Congo (RDC) et pour les garçons une majorité de ressortissants de l'Afghanistan, du Bangladesh et de Guinée-Conakry. Une vingtaine de nationalités y sont représentées.Le Caomida, Centre d'Accueil et d'orientation des mineurs isolés demandeurs d'asile Stéphane Hessel est composé d’une équipe pluridisciplinaire, investie dans cette action, animée par un Directeur expérimenté, Dominique Bordin qui, tout en respectant les exigences de la loi est à l'écoute et dans la recherche de la meilleure application de la réglementation en tenant compte des besoins et de la singularité des jeunes confiés.Lors de cette manifestation, outre le Président de l'Association [http//www.france-terre-asile.org] et le Maire de Boissy St Léger, Madame Versini, Défenseure des enfants, a exprimé avec simplicité et engagement ses orientations autour du devoir de protection des mineurs. L'intermezzo musical était confié à « Sons libres » avec percussions et accordéon ! Stéphane Hessel, ému, attentif et bien présent dans l'actualité du moment, a affirmé dans son allocution : « ce qui est légitime est plus important que ce qui est légal » ... et ceci est bien dans l'esprit qui préside la démarche du Centre .A l'heure actuelle ces initiatives méritent d’être connues dans l'intérêt des jeunes accueillis mais aussi dans la démonstration de la capacité des Associations (aussi bien les professionnels que les bénévoles) à défendre les principes républicains au premier rang desquels le devoir d'accueil et de protection.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.