mehdy belabbas
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Iles de France

Suivi par 53 abonnés

Billet de blog 28 nov. 2009

Sahara Occidental : une délégation ivryenne témoigne.

mehdy belabbas
Adjoint au Maire d'Ivry en charge des Finances et du budget
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est des conflits dont ni la presse ni aucun média ne sont font l’écho. C’est le cas pour celui du Sahara Occidental. Depuis le cessez le feu de 1991, il apparaît que la situation des populations sahraouies ne passionne plus ni les journalistes ni les gouvernants français. Pourtant l’invasion marocaine de 1975 avait soulevé un vent de solidarité avec ce peuple du désert qui venait déjà de combattre la colonisation espagnole. Il est clair que l’image touristique du Maroc et les liens qui unissent le pouvoir marocain et l’Etat français sont à l’origine des difficultés rencontrées par les militants des droits de l’Homme et les soutiens au peuple sahraoui pour faire connaître cette cause.

Au mois d’Août dernier un militant sahraoui vivant à Ivry-sur-Seine, M. Naâma ASFARI était arrêté dans le sud marocain, car il portait sur lui un porte-clés aux couleurs du drapeau de la République Arable Sahraouie Démocratique (RASD). Les policiers qui le contrôlaient n’ont pas apprécié ce symbole de la revendication à l’indépendance du Sahara Occidental, considéré par le pouvoir marocain comme une province du royaume. Il a été condamné à 4 mois de prison ferme pour rébellion et violences sur les agents de police. Mais il est évident que cette condamnation vise à punir l’engagement de ce militant déjà incarcéré plusieurs fois.

Une délégation d’Ivryens – composée d’élus municipaux et de militants associatifs - s’est donc rendue à Agadir dans le sud marocain pour assister au procès en appel de notre concitoyen Naâma ASFARI. Sur place nous avons pu constater la dure réalité que rencontrent chaque jour les militants pacifistes des droits de l’Homme - qu’ils soient sahraouis ou étrangers.

Suivis de près, dès notre arrivée à l’aéroport d’Agadir, les forces de sécurité marocaines ont maintenu sur notre délégation une surveillance constante. Descendus à Tiznit et à Goulmine au sud d’Agadir, il nous a été interdit par les policiers de rencontrer les familles des militants et des prisonniers sahraouis. Sur la route du sud, les contrôles policiers ont été renforcés et de nombreux barrages de police jalonnent la route menant aux territoires occupés. Enfin, lors de mon départ, après avoir été fouillé trois fois, mon passeport m’a été confisqué plus d’une heure sans explication. Il m’aura fallu contacter le consulat de France à Agadir pour décider les douaniers à me le restituer.

Partis soutenir notre concitoyen, nous avons perçu ce qu’est la vie sous la contrainte et la domination arbitraire. Privé de liberté d’expression, d’information et de circulation, le peuple sahraoui vivant sous domination marocaine n’a aucun moyen de faire valoir ses droits fondamentaux. Selon tous les témoignages que nous avons entendus, cette pression s’est gravement accentuée depuis le discours du roi Mohamed VI, le 6 novembre 2009. Ce dernier a réaffirmé la traditionnelle position marocaine qui défend la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental. Ce discours au ton martial est aussi un avertissement envoyé à tout les artisans d’une solution pacifique, respectueuse du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui et du droit international.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Libertés publiques
Covid-19 : « Le gouvernement réglemente par protocoles et foires aux questions, une menace pour l’État de droit »
Stéphanie Renard, maîtresse de conférences en droit public, fait le bilan de deux années de crise. Cette spécialiste de l’ordre public sanitaire s’inquiète de la diffusion d’un « droit souple » qui « menace l’avenir de l’État de droit et le principe de légalité », et dénonce un « retour en arrière, vers une vision hygiéniste de la société ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Nucléaire
Hugo, lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche