Immigration et indignation

La politique sarkozyenne depuis son arrivée au pouvoir – suivant en cela en droite ligne – les desiderata du Medef, a consisté à refouler et à expulser les populations considerées comme indésirables sur des critères strictement néolibéraux
La politique sarkozyenne depuis son arrivée au pouvoir – suivant en cela en droite ligne – les desiderata du Medef, a consisté à refouler et à expulser les populations considerées comme indésirables sur des critères strictement néolibéraux en termes economiques,c'est a dire uniquement les personnes pouvant presenter un interet "exploitable" dans des metiers bien cibles au bas de l'echelle sociale ou presentant(pour s'exprimer comme nos chers technocrates!) sur le marche du travail une inadequation entre l'offre et la demande(cf: le nombre de medecins et d'infirmier(e)s etrangers sous/payes et en situation precaire). Et ceci sans parler des derives (en sont-elles vraiment d'ailleurs,n'est-ce pas la nature meme de ce regime?) vers les "terres" du F.N. electoralistes ou pas. Associer immigration et identite nationale est necessairement un symbole fort,a fort relent vichyssois; Confondre et tenter de faire confondre islam,musulman,maghrebin,terrorisme afin d enfumer en core un peu plus nos cerveaux passablement enbrumes,qu'est-ce,sinon de l'exploitation ehontee des plus bas instincts humains!! Alors,Saint-Nicolas Protecteur des Basses Oeuvres,Les Glieres n'ont nul besoin de ta presence infamante et de ta commiseration innommable! Honte a nous qui avons laisse sans barguigner s'installer ce climat de peur et de suspicion,propice a tous les dangers imminents qui nous guettent a l'aube de cette nouvelle decennie! Les seuls voeux formulables dans ce contexte deletere: Que notre reliquat de Democratie perdure et que notre Republique remonte la pente de sa propre deliquescence!! S'indigner est necessaire mais non suffisant,il faut agir collectivement et vite,sinon,ce sera la "Riviere sans Retour" !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.