Billet de blog 2 janv. 2011

Le droit du sang

Alors que depuis 2007 la politique de "lutte contre l'immigration" se poursuit et s'intensifie, dans la réalité et les symboles, la politique en faveur des Français émigrés est de plus en plus protectrice.

jean-marc gavanon
Dissident
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que depuis 2007 la politique de "lutte contre l'immigration" se poursuit et s'intensifie, dans la réalité et les symboles, la politique en faveur des Français émigrés est de plus en plus protectrice. La création éphémère d'un ministère de l'identité nationale et de l'immigration a montré une volonté d'afficher le nationalisme comme fondement des politiques publiques. Celles-ci ont permis de stigmatiser l'autre, l'étranger, en situation irrégulière ou non, comme un ennemi, un être à pourchasser et à renvoyer à plus ou moins long terme, au nom d'un droit administratif contraire à l'esprit des Droits de l'Homme. Cette logique trouve son apogée lors du discours de Grenoble, scandaleux au point de vue du Droit, où le président français menace d'expulsion les Français d'origine étrangère, catégorie disparue depuis l'époque du régime de Vichy. Les garanties constitutionnelles ont heureusement évité l'application de tels projets. L'effet d'annonce reste.

En contrepoint, le traitement réservé aux français de l'étranger a fait l'objet de toujours plus d'attention. La gratuité du système scolaire français à l'étranger a été accordée, malgré le coût exorbitant que cela représente, principe d'égalité mis en avant. Pendant ce temps RESF dénonce le fait que l'on vient de plus chercher les parents des enfants étrangers scolarisés à la sortie des écoles, que l'obligation scolaire cède le pas, en tant que droit, devant les ordres d'expulsion et la politique inhumaine du chiffre.

Toujours au nom de l'égalité, les Français de l'étranger vont désormais avoir des représentants spécifiques au Parlement. Ils vont pouvoir faire entendre la singularité de leur voix depuis les autres continents. En France, les étrangers non ressortissants de l'UE n'ont aucune instance officielle les représentant. Ils n'ont pas le droit de vote, même pour les élections locales, alors qu'ils résident pour certains en France depuis plusieurs dizaines d'années, que leurs enfants sont parfois Français. Ce ne sont pas des citoyens de seconde zone, ils n'ont simplement pas d'espoir de devenir citoyens, sauf à mendier une hypothétique naturalisation.

C'est bien d'une France à deux vitesses dont nous parlons. La France protectrice et jalouse de ses ressortissants partout dans le monde, et, en parallèle, méprisante et méfiante vis à vis de ceux qui vivent sur son sol en ayant le tort de ne pas avoir de parent Français. Le droit du sang a pris le pas sur le droit du sol. La tradition française d'une communauté solidaire cède la place à une vision de tradition germanique où l'hérédité domine. les Allemands sont pourtant revenus depuis longtemps de cette nationalité inaccessible qui crée à jamais des habitants parias qui restent exclus de la communauté nationale. La France y court, à rebours du prestigieux héritage des droits de l'Homme ou encore de celui du CNR.

Jacques Chirac disait que "ce n'est pas rien d'être Français", sans doute. Aujourd'hui, si l'on voyage, surtout en Afrique et dans le monde arabe, cela est sur le point de devenir infamant. Nos compatriotes expatriés peuvent certainement en témoigner.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel