Billet de blog 13 avr. 2011

Étrangers malades : l'État contre le droit

Collectif de chercheurs, journalistes et militants, Cette France-là met à l'épreuve la politique d'immigration. Et dénonce aujourd'hui l'adoption par le Sénat d'un article réduisant le droit au séjour des étrangers malades.

Cette France-là
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Collectif de chercheurs, journalistes et militants, Cette France-là met à l'épreuve la politique d'immigration. Et dénonce aujourd'hui l'adoption par le Sénat d'un article réduisant le droit au séjour des étrangers malades.

«La France n'a pas à supporter toutes les assurances-maladie de tous les pays du monde!» Claude Guéant l'annonçait dans Le Figaro Magazine : pour «réduire l'immigration légale», il suffit de la rendre illégale. Ainsi des étrangers malades. En effet, le ministre de l'intérieur ne se contente pas de prolonger le combat engagé par Nicolas Sarkozy contre l'immigration «subie», en particulier familiale. Il ne lui suffit pas de confirmer le renoncement présidentiel à la rhétorique politique qui prétendait favoriser l'immigration de travail, dite «choisie». Il s'emploie à justifier la remise en cause du droit au séjour pour raisons médicales. Le sujet est d'actualité: parmi d'autres reculs des droits fondamentaux, c'est l'un des articles du projet de loi Besson sur l'immigration qui repasse devant le Sénat.

Depuis 1998, au terme d'un long combat associatif, les étrangers qui ont leur «résidence habituelle» en France, lorsqu'ils sont gravement malades, ont droit à un titre de séjour temporaire pour soins si (et seulement si) ils ne peuvent «effectivement bénéficier d'un traitement approprié dans leur pays d'origine». Comme l'expliquait à l'époque la circulaire ministérielle d'application de la loi Chevènement, cette possibilité «dépend non seulement de l'existence des moyens sanitaires adéquats mais encore des capacités d'accès du patient à ces moyens».

Sans doute, dans le contexte d'une politique du chiffre, les préfectures ont-elles tenté depuis plusieurs années de contourner la loi, sans tenir compte de ces «capacités d'accès». D'ailleurs, comme l'a souligné le dernier rapport du Comité interministériel de contrôle de l'immigration, «on constate une diminution significative du nombre d'étrangers malades» séjournant en France à ce titre: moins 20% entre 2004 et 2008. Toutefois, le 7 avril 2010, le Conseil d'État a rendu un arrêt qui peut être interprété comme un rappel à la loi: il exigeait en effet qu'y soient vérifiées les possibilités effectives d'accès aux soins.

C'est pour contourner cette jurisprudence que l'article 17 ter a été introduit dans le projet de loi, invoquant seulement une vague «indisponibilité» du traitement. Déjà rejeté à deux reprises par le Sénat, s'il revient à chaque fois sur le tapis législatif, c'est qu'au lieu du «bénéfice effectif», il libère l'administration, qui n'aura plus à s'embarrasser de droits pour pouvoir expulser des malades qui souffrent du sida, d'un cancer, du diabète ou d'une hépatite.

Cet article finit par être adopté le 13 avril au Sénat. Cependant, l'amendement Buffet, soutenu par le ministre, aggrave encore les choses: non seulement il n'est plus question de «bénéfice effectif», c'est-à-dire d'«accès» réel, mais l'«indisponibilité» a laissé la place à l'«absence» de traitement. Pour comprendre le recul, une comparaison simple suffira. Même dans les pays où sévit la famine, la nourriture n'est pas absente; reste à savoir si l'on peut y avoir accès. Pour qui s'indignerait d'un manque d'humanité, le même amendement ajoute une ouverture: «sauf circonstance humanitaire exceptionnelle appréciée par l'autorité administrative». Les étrangers malades peuvent être rassurés: leur protection ne dépend plus du droit, mais de la discrétion préfectorale...

Encore faut-il justifier ce changement. Revenons à l'interview du ministre. Pour parler de l'immigration illégale, il choisit un exemple légal: «La France souhaite bien accueillir ceux dont nous autorisons le séjour, mais nous ne voulons pas que viennent ou se maintiennent sur notre sol des personnes qui ne sont pas autorisées à y séjourner. Je vous donne un exemple de notre volonté de réduire certains abus. L'année dernière, le Conseil d'État a rendu un arrêt dans lequel il considérait que toute personne étrangère, n'ayant pas accès aux soins dans son pays pour des raisons économiques, pouvait venir se faire soigner en France.»

Corrigeons d'emblée: ni dans la loi Chevènement ni dans l'arrêt du Conseil d'État, il n'est question d'un droit à l'admission; il s'agit uniquement d'une interdiction d'expulser les personnes dont la «résidence habituelle» est déjà en France. D'ailleurs, la santé est rarement la cause de l'émigration. La preuve en est que, selon des enquêtes, bien moins de 10% des patients étrangers atteints du VIH auraient été dépistés avant de quitter leur pays d'origine. En tout cas, selon les derniers chiffres annuels, en 2008, moins de 5000 étrangers ont bénéficié d'un premier titre de séjour pour raison de santé. Ils sont au total environ 28.000, sur 3,5 millions d'étrangers en situation régulière. On est loin de l'invasion thérapeutique!

Dès lors, pourquoi s'en prendre au Conseil d'État? Son arrêt est en effet présenté par le gouvernement, lors du débat législatif, comme un revirement. On peut faire l'hypothèse que la logique politique de cette dénonciation est double. D'une part, le gouvernement n'ose pas entièrement assumer son recul historique. Après tout, il s'agit d'étrangers malades, qu'on hésite encore à présenter comme des profiteurs ou des délinquants; mieux vaut dénoncer un activisme judiciaire «abusif», et prétendre ainsi revenir à la loi de 1998 alors qu'il s'agit de la défaire. D'autre part, pour combattre l'immigration légale, il ne suffit pas de changer le droit. C'est le cœur du projet de loi Besson, dont le traitement des étrangers malades est un révélateur: pour renforcer le pouvoir discrétionnaire de l'administration, il importe d'affaiblir les contrôles juridiques –en l'occurrence, ici, de combattre le Conseil d'État, et ses rappels à la loi.

• • • • •

Entre juin 2010 et février 2011, de nombreuses personnalités (démographes, économistes, juges, policiers, syndicalistes, représentants du patronat, militants) ont été interrogées par le collectif. Ces auditions sont rassemblées sur Mediapart sous forme de vidéos: Immigration: la contre-expertise.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac