Billet de blog 11 août 2013

"Livres sans mots" : direction Lampedusa

L'appel du maire qui veut ouvrir une bibliothèque sur l'île où il n'y en a même pas, a choisi d'utiliser la lecture comme un outil d'intégration. Lampedusa, un avant-poste du rêve italien pour les milliers de réfugiés qui viennent de la mer, est toujours au centre d'une chronique la plus triste.

Mariethé FERRISI
Auteure de roman policier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'appel du maire qui veut ouvrir une bibliothèque sur l'île où il n'y en a même pas, a choisi d'utiliser la lecture comme un outil d'intégration.

Lampedusa, un avant-poste du rêve italien pour les milliers de réfugiés qui viennent de la mer, est toujours au centre d'une chronique la plus triste. Seulement, dans la nuit du 28 Juillet, un bateau avec 50 personnes à bord a été secouru, puis un autre avec quatre vingt dix personnes, un autre avec 110 ce qui fait que dans le centre d'accueil il y a plus de 900 personnes. Une tragédie du désespoir que le pape a pointée du doigt lors de sa visite historique le 9 Juillet.
Lampedusa n'est pas seulement cela. Personne ne parle de la vie sur l'île. A Lampedusa, "il y a beaucoup", mais il manque beaucoup de choses. Il n'y a pas de livres, par exemple. Et le maire Giusi Nicolini veut remédier à cette situation en faisant de Lampedusa un avant-poste pour les lecteurs et le berceau du livre comme un outil d'intégration.

Elle a lancé cet appel :

"Lampedusa ne dispose pas d'une bibliothèque et même une boutique où vous pouvez acheter des livres, vous vivriez dans une ville où vous ne pouvez acheter des livres? Je ne le crois pas ! Donc, si vous avez des livres à la maison, de toute nature, que vous ne lisez pas ou qui ont déjà été lus et dont vous voulez vous débarrasser, adhérer à l'initiative"
Tout le monde peut contribuer. Comment ? Les livres doivent être adressées directement au maire de l'île: Giusy Nicolini, maire-don de livres pour l'ouverture prochaine de la Bibliothèque de Lampedusa Ibby Via Cameroni, 92010.
L'objectif est de promouvoir l'intégration. Il n'est pas un hasard, en effet, que le maire soit également soutenue par IBBY (Conseil international du livre pour les jeunes) une association internationale qui promeut le livre pour enfants comme outil d'intégration, avec une initiative lancée en mai dernier, et qui a recueilli la meilleure édition de livres sans mots pour les donner à Lampedusa, l'île la plus éloignée de la Méditerranée ICI

Les livres sans mots ou le travail visuel à l'honneur ICI

Les livres en version originale ICI

L'appel en quelques heures a mobilisé son réseau d'écrivains, d'éditeurs, de bibliothécaires qui s'emploient à répondre à la demande du maire. Un grand nombre d'emails reçus par des gens qui veulent être en mesure d'envoyer des livres et se demandent comment. C'est une façon de ne pas se sentir plus seul sur une île où il y a peu mais qui est toujours prête à accueillir beaucoup.

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/integration/joie/statique/pages/07_nous_connaitre/077_ibby_france/presentation_ibby.htm

http://www.chronicalibri.it/2013/08/lampedusa-e-la-sua-prima-biblioteca-chronicalibri-intervista-deborah-soria/

http://www.cadoinpiedi.it/2013/07/30/il_sogno_di_portare_libri.html

A travers les sections IBBY dans le monde, le projet comporte quatre continents et plus de vingt pays de la collection de la meilleure édition de "livres sans mots", faire un don à Lampedusa, l'île la plus éloignée dans le port de la Méditerranée est d'abord un appel pour ceux qui viennent de l'étranger.

Les livres recueillis formeront le noyau de départ d'une bibliothèque pour enfants et immigrants, que Ibby Italie encourage et soutient avec l'aide de la ville de Lampedusa et plusieurs associations et institutions. La directrice de ce projet à l'initiative du maire, Deborah Soria déclare :

"Una biblioteca che non sia semplicemente un deposito di libri ma un luogo dove i libri aiutano ad allacciare rapporti, ad approfondire conoscenze, a costruire quel ponte che possa trasportare tutti – migranti e lampedusani – verso una terra di tangenze comuni" soit
Une bibliothèque n'est pas simplement un dépôt de livres, mais un endroit où les livres aident à établir des relations, à approfondir la compréhension et à construire ce pont qui peut nous transporter tous - migrants et lampédusiens - vers une terre de culture commune.

-ChronicaLibri-

La plupart des médias italiens ne reprennent pas le projet d'intégration des immigrés au moins de ceux qui obtiennent le droit d'asile politique, ils se limitent à informer de la nécessité de créer une bibliothèque dans la ville pour les enfants et les adultes bien sûr..

En attendant la construction d'une bibliothèque IBBY, voici la provisoire...

Un clin d’œil humoriste de Raouf Karré, illustrateur tunisien, professeur universitaire en art et communication de Sfax travaillant pour l'organisation "Les doigts qui rêvent", en lecture tactile.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss