Après Wall Street , la City

Après l'écroulement de Wall Street , on assiste à l'écroulement de la City.

Après l'écroulement de Wall Street , on assiste à l'écroulement de la City.

Le gouvernement britannique nationalise, le gouvernement américain nationalise, comme les gouvernements belges, français, luxembourgeois, etc.

Les Etats affirment qu'ils garantiront les dépôts.

Dans ce monde financier qui inverse les rôles, ce sont les agences de notation qui attestent de la validité de la signature des Etats.

Dans ce monde financier qui est marqué par une arrogance qui n'est égalé que par l'incompétence, personne ne veut poser la question de la valeur de la garantie des Etats. Tout au plus en parle-t-on pour l'Islande, traitée avec la même condescendance que celle que l'on utilisait à l'égard de l'Irlande. Ce pays dont la solution, qualifiée sur ce site d'invention digne du concours Lépine, a été ensuite adoptée (de façon moins rigoureuse et moins rationnelle) par les autres Etats Européens.

Cette garantie de l'Etat est de plus en plus fondée sur la valeur des actifs que les états prennent en garantie des liquidités avancées par les banques centrales, c'est à dire des actifs dont la toxicité est maintenant reconnue.

Les Etats s'empoisonnent en absorbant les produits toxiques et ils prétendent sauver l'économie et les déposants, alors que par ailleurs les banques d'investissement s'approprient les dépôts en s'adossant aux banques de dépôt, dans cette formule de la "banque universelle" dont on veut faire la panacée, alors qu'elle est au contraire la solution la plus dangereuse.

Tant que les gouvernements et les régulateurs voudront en fait protéger les spéculateurs, sauver les banquiers qui ont transformé l'économie en casino où les banques jouent avec l'argent des déposants, la situation ira de pire en pis et l'économie sera paralysée par la crise de confiance.

Il n'y a qu'une seule solution, dire aux parieurs que le casino ferme. Ceci veut dire que les jetons (CDS et autres produits dérivés) ne seront pas payés. Les déposants ne doivent pas payer les parieurs, l'économie doit pas être ruiné par les banques casinos

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.