Nathanaël, « Kayali pour une ouverture » 29 janvier 2020, Institut du Tout-Monde

Mercredi 29 janvier 2020, 20h Paris Maison de l'Amérique latine, entretien de Nathanaël avec Hervé Sanson : « Kayali pour une ouverture. (L'oiseau intraduit par Édouard Glissant) »

pannathanael2

Accusant la forme d'une lettre dispersée, Kayali pour une ouverture revient sur la traduction de Soleil de la conscience, premier essai publié d'Édouard Glissant, dont l'auteure a fait l'expérience, du passage du français à l'anglais. S'assignant les distances des Amériques, la lettre ne s'écrit sur les traversées rassemblant et déliant les lieux de partance que sont Chicago et Paris afin de s'arriver au bourg de Schoelcher en Martinique. La lettre s'adresse au kayali du texte (héron vert pour le français) afin d'amorcer une réflexion ornithologique sur l'(in)traductibilité. Faisant appel à des voix aussi insolites que Franz Kafka, Germaine Krull, E.J. Pratt, Anton Tchekhov, Claude Cahun ou Aimé Césaire, celle d'Édouard Glissant en demeure l'impulsion à la fois et le marqueur-répondant.

pannathcompl

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.