Communiqué de l'Institut du Tout-Monde - 10 mai 2017 Mémoires de l'esclavage

Communiqué de l'ITM à propos de la commémoration de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions et de la création du GIP "Mission de la mémoire de l'esclavage, des traites et de leurs abolitions".


logoitmnouv
Aujourd’hui 10 mai 2017, le Président de la République François Hollande a présidé à Paris, Jardin du Luxembourg, la 12e cérémonie officielle marquant la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. Dans son discours, le Président a salué la création du GIP « Mission de la mémoire de l’esclavage, des traites et de leurs abolitions », en préfiguration de la Fondation nationale pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage dont la création est prévue pour 2018. Nous sommes sensibles à la mention, à plusieurs reprises par le Président de la République, du rôle déterminant qu’aura joué dans ce processus Édouard Glissant qui en 2006, remettait au Président Chirac le premier rapport officiel visant la création d’une telle institution, tout en fondant d’ailleurs la même année à Paris, l’Institut du Tout-Monde.

             Lors de la retransmission télévisée de la commémoration effectuée par Public Sénat et France Ô, M. Bruno Maillard, membre du CNMHE, invité du plateau présenté par M. Pierre-Henri Gergonne (Public Sénat) et Mme Karine Sigaud-Zabulon (France Ô), a laissé entendre que le CNMHE deviendrait de facto le comité scientifique de la future fondation. Nous tenons à préciser qu’il n’en est rien. L’Institut du Tout-Monde, qui a accepté d’être désigné parmi les membres fondateurs du GIP qui préparera la Fondation nationale, avait lors du comité de préfiguration mené avant la remise du rapport de M. Lionel Zinsou, attiré l’attention sur la nécessité pour cette future fondation, de se doter d’un conseil scientifique indépendant et pluridisciplinaire dont la désignation reviendra quoi qu’il en soit, aux instances aujourd’hui mises en place. Nous œuvrerons au sein de ce GIP, pour que cette désignation indépendante d’un conseil scientifique représentant la pluralité des compétences dont aura besoin cette fondation, puisse s’effectuer sans injonctions contraires à l’esprit de rassemblement rappelé aujourd’hui par le Président et promu durant de longues années par Édouard Glissant. Le président actuel du CNMHE, M. Frédéric Régent, s’est par ailleurs félicité sur ce même plateau, de l’afflux de moyens financiers que représentera pour le comité national la création de cette fondation. Dans le même souci de précision relatif aux statuts de ce GIP co-signés par la directrice de l’Institut du Tout-Monde le 3 mai dernier, nous rappelons que le budget du Groupement d’intérêt public n’est pas destiné unilatéralement à renforcer les moyens alloués au CNMHE.

             C’est dans le respect des engagements inédits pris par l’État avec la création de ce GIP préfigurant une Fondation nationale tant attendue, que l’Institut du Tout-Monde apportera son concours au processus actuellement en cours.

 

SYLVIE GLISSANT, Directrice de l'Institut du Tout-Monde / LOÏC CÉRY, Directeur du pôle numérique de l'Institut du Tout-Monde

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.