Les mémoires des esclavages, de Glissant à Luther King

Depuis sa création en 2006 par Édouard Glissant, l'Institut du Tout-Monde a toujours tenu chaque année le 10 mai, à célébrer à sa façon la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions.

Vidéo ITM, directement sur Facebook. « Les mémoires des esclavages, de Glissant à Luther King ».

Posted by Loïc Céry on Sunday, May 10, 2020
Security Check Required © Loïc

JOURNÉE NATIONALE DES MÉMOIRES DE LA TRAITE, DE L'ESCLAVAGE ET DE LEURS ABOLITIONS

Fidèles à l'action inlassable qui fut celle d'Édouard Glissant de son vivant en faveur de la reconnaissance de cette mémoire, nous tenons encore cette année à être au rendez-vous de cette commémoration, même en temps de confinement.Nous vous proposons cette année un montage vidéo intitulé « Les mémoires des esclavages, de Glissant à Luther King », établi à partir de divers éléments extérieurs, et d'autres documents produits par l'ITM pour sa plateforme en ligne « Les Mémoires des esclavages et de leurs abolitions » (site pédagogique, mémorial virtuel, MOOC). Une vision libre et intuitive inspirée des « monuments de la mémoire » et des « éclats de la parole » par lesquels nous avions fondé en 2013 cet outil numérique.

PROCHAINEMENT, nous vous proposerons un Cycle pluridisciplinaire intitulé « MÉMOIRES ET LITTÉRATURES DE L'ESCLAVAGE : ÉCRIRE LA TRACE » qui s'étendra sur plusieurs mois et débutera (compte tenu des circonstances) par une série de podcasts. Il s’agira de se focaliser sur les statuts particuliers de la littérature face à l’écriture de l'histoire et de la mémoire de la traite négrière et de l’esclavage colonial, en tentant de cerner au gré de séances consacrées aux œuvres-phares de ce champ, la spécificité du discours littéraire à l’endroit de l’esclavage conçu comme fait historique et creuset des sociétés coloniales. Nous débuterons le cycle très bientôt et le programme détaillé en sera largement diffusé à cette occasion.

L'Institut du Tout-Monde salue par ailleurs le lancement officiel de la Fondation nationale pour la Mémoire de l'esclavage, après une longue phase de gestation. Aujourd'hui, la fondation s'est dotée d'un réel conseil scientifique qui lui permettra potentiellement d'œuvrer dans le sens de ce « rassemblement des mémoires » qu'Édouard Glissant appelait de ses vœux et que l'Institut du Tout-Monde s'attache à faire vivre.

Loïc Céry, pour l'Institut du Tout-Monde

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.