Rencontre avec Nicole Lapierre, 11 mars « Faut-il se ressembler pour s'assembler ? »

Rencontre avec Nicole Lapierre à l'occasion de la parution de son livre « Faut-il se ressembler pour s'assembler ? », Paris Maison de l'Amérique latine Mercredi 11 mars 2020, 19h. Dans le cadre de « Coïncidences » (Maurice Olender, François Vitrani). En collaboration avec l'Institut du Tout-Monde.

panlapierre6

Qui se ressemble s’assemble », dit-on. Cette fausse évidence justifie les replis et les rejets. Devons-nous être les mêmes pour vivre côte à côte ? La réponse est non. Ce n’est ni nécessaire, ni souhaitable. Mais l’affirmer ne suffit pas. Écrit dans un langage clair, illustré de nombreux exemples, ce livre engagé croise anthropologie et politique. Il commence avec le monde enchanté des ressemblances familiales, où la nature est invoquée pour garantir la lignée, et se poursuit avec le mythe de la « famille nationale ».

Deux types de société sont fondés sur la ressemblance. Le premier est radicalement excluant : il impose le rejet des minorités ou, dans un processus totalitaire, leur destruction. Le second est autoritairement incluant : il prône l’assimilation des groupes minoritaires. Les deux perspectives sont dissemblables mais aucune n’accepte les minorités telles qu’elles sont.

Nicole Lapierre défend un comparatisme apte à constater l’évidence des différences sans les hiérarchiser. Elle inverse la proposition : qui s’assemble se ressemble (un peu), sans pour autant perdre sa singularité.

Directrice de recherche émérite au CNRS, Nicole Lapierre a publié son premier livre, La Femme majeure, au Seuil, en 1973, en collaboration avec Edgar Morin et Bernard Paillard. Ont suivi, entre autres, Causes communes. Des Juifs et des Noirs (Stock, 2011) et Sauve qui peut la vie (Seuil, « La Librairie du XXIe siècle », 2015, prix Médicis Essai). Elle est, avec Edgar Morin, codirectrice de la revue Communications.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.