L'ITM avril-mai : Colloque / Exposition / Nuit du Tout-Monde / Prix E. Glissant 2019

Colloque international « Édouard Glissant et Le Discours antillais : la source et le delta » / Exposition « Le Discours antillais d'Édouard Glissant : traces et paysages », FMSH 25 avril-7 mai / « Nuit du Tout-Monde au Musée d'Orsay », vendredi 10 mai 18h30 / Cérémonie de remise du Prix Édouard Glissant 2019, Paris Maison de la Poésie 12 mai 18h.

Une programmation dense pour l'Institut du Tout-Monde en avril et mai 2019 : le Colloque international « Édouard Glissant et Le Discours antillais : la source et le delta » (Paris, FMSH / Maison de l'Amérique latine, 25-28 avril) ; Exposition « Le Discours antillais d'Édouard Glissant : traces et paysages », FMSH 25 avril-7 mai ; « Nuit du Tout-Monde au Musée d'Orsay : Le regard invisible. À la rencontre des Batoutos », vendredi 10 mai 18h30 ; Cérémonie de remise du Prix Édouard Glissant 2019, Paris Maison de la Poésie 12 mai 18h. 4 rendez-vous marquants auxquels vous êtes tous cordialement conviés.

Ce tout premier colloque du nouveau Centre international d'études Édouard Glissant (CIEEG) fondé à l'Institut du Tout-Monde en octobre dernier sera l'occasion d'établir un vaste rhizome de réflexion autour du Discours antillais, à ce jour l'essai le plus lu d'Édouard Glissant.  Un processus « diffracté », qui nous mènera de Paris à Cambridge et de Fort-de-France à Pointe-à-Pitre, d'avril à novembre 2019 - sans compter un certain nombre d'événements internationaux qui seront annoncés par la suite et qui viendront compléter cet ensemble. Première phase : du jeudi 25 au dimanche 28 avril à Paris, Fondation Maison des Sciences de l'Homme et Maison de l'Amérique latine, avant la deuxième phase à l'Université de Cambridge le 15 juin. Programmes détaillés à découvrir sur le site du CIEEG de l'Institut du Tout-Monde.

Durant le colloque, la FMSH accueillera une exposition consacrée au Discours antillais : « Le Discours antillais d'Édouard Glissant, traces et paysages » : une création graphique de Ruedi Baur à partir de l'ouvrage. Paris, Fondation Maison des Sciences de l'Homme, du 23 avril au 7 mai 2019. Le vernissage aura lieu jeudi 25 avril à 18h.

Cette année, pour marquer le 10 mai, l'Institut du Tout-Monde a l'honneur d'être l'invité du Musée d'Orsay, dans le cadre de l'un des événements culturels majeurs de 2019, à savoir l'exposition internationale « Le modèle noir de Géricault à Matisse » (26 mars-21 juillet). Le 10 mai, à l'occasion d'une « Nuit du Tout-Monde », l'ITM propose une agora poétique et artistique dans cette exposition-événement au sein du Musée d'Orsay, autour de la thématique du « Regard invisible », avec des invités prestigieux. Ce soir du 10 Mai, nous convoquerons ce peuple des Batoutos imaginé par Édouard Glissant, nous irons à la rencontre de ces présences du Tout-Monde, en suivant le regard invisible de l’art et de la parole, avec Christiane Taubira, Patrick Chamoiseau, Sylvie Glissant, Jacques Martial, Mireille Delmas-Marty, Jacques Coursil, Marie José Mondzain, Anne Lafont, Greg Germain, Alex Descas, Edwin Fardini, Ninon Chavoz, Sophie Bourel, Karim Touré, Ba Banga, Karine Pédurant, Lolita Monga, Kaloune, Christophe Chassol, Manthia Diawara, Hind Meddeb, Mariann Mathéus, WATABWI. Un moment rare, pour lequel vous pouvez d'ores et déjà réserver vos places, sur le site du Musée d'Orsay.

L'Université Paris Lumières, l'Institut du Tout-Monde et la Maison de l'Amérique latine perpétuent le Prix Édouard Glissant créé en 2002 à l'Université Paris 8. Il s'agit d'honorer une œuvre artistique marquante de notre temps selon les valeurs poétiques et politiques d'Édouard Glissant, (la poétique du Divers, les processus de créolisation du monde et toutes les formes d'émancipation, une réflexion autour d'une poétique de la Relation, celle des imaginaires, des langues et des cultures). Le prix est attribué chaque année par un comité scientifique.
La cérémonie sera suivie d'un chaos-opéra, tel que l'imaginait Édouard Glissant : « Je crois que nous sommes tout près d’une forme d’expression qui, dès le début, a trouvé sa mesure dans une sorte de démesure... » Un chaos-opéra où « le jazz n’est pas tout à fait du jazz, le tremblement, n’est pas seulement du tremblement, une improvisation qui a quand même son lieu commun et sa trace. » PROGRAMME DÉTAILLÉ, PROCHAINEMENT.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.