De compas en rotules, échos

Dans un récent billet, Serval remua chez nous ce que le printemps nous offre chaque année , ce moment délicieux où les jupes des femmes raccourcissent et laissent enfin deviner des jambes qui envoûtaient Charles Denner dans l'Homme qui aimait les femmes .

Ce superbe billet, me remet en mémoire une rencontre peu banale dans le milieu des années 70.

 

Enfant des banlieues ouvrières de Manchester, dont le père était manoeuvre dans une usine de traitement de peaux, Percy Peck avait échappé à l'enfer des friday-nights finissant dans les vapeurs de bières tièdes commandées par pintes multiples juste avant l'heure où la cloche indiquait la fin du service.

Son ticket de sortie, comme il disait, il l'avait obtenu grâce à l'école et aux bourses étudiantes qui lui avaient permis d'embrasser une carrière de professeur de littérature et d'histoire.

 

Le hasard des nominations avait conduit ce natif de Stockport doté d'un accent du Cheshire qui lui interdisait de passer inaperçu, dans cette petite capitale du Dartmoor sauvage qu'était Tavistock.

 

Au premier abord, vous n'auriez pas pensé que cet homme grand et massif, aux mains démesurées, au visage cuivré sous une tignasse rouquine, enseignait au Collège de Tavistock qui se battait chaque année pour le garder, lui qui rêvait de grands voyages dans ce Commonwealth en perdition.

Et pourtant, c'était un fait acquis, son aura, sa constante disponibilité, sa maîtrise des disciplines et de la discipline, en faisaient une référence incontestable, y compris en salle des professeurs.

Mais au delà de sa réussite professionnelle, Percy subjuguait par le nombre de hobbies auxquels il consacrait tout son temps.

Non content d'habiter the old caverage, l'ancienne cure, sa maison était à moitié construite comme celles des voisins mais l'autre moitié avait été gagnée sur la roche à laquelle elle était collée. Bref une large part de celle-ci était troglodytique.

Sans doute le fait d'avoir sous la main des caves toutes faites l'avait aidé à cultiver un véritable amour du Whisky et notamment des single malt dont il confiait à Donald Creebers, l'épicerie fine du coin, le soin de rechercher les plus petites pépites ayant échappées à la grande distribution.

Le vieux presbytère en était devenu le temple de nos libations expertes et multiples tant mon indigence en la matière lui faisait peine à voir. Un Froggy représentait pour Percy le summum de l'ignorance qu'il avait pour vocation de combler au plus vite.

Une autre partie de sa grotte était consacrée à un atelier auquel on accédait par une vaste et solide porte métallique. A l'intérieur trônait une magnifique Chenard-Walcker d'avant guerre que Percy s'était mis en tête de restaurer. La mécanique était comme neuve ainsi que la tôlerie, à l'époque il s'ingéniait à refaire et regarnir les sièges de cuir et le tableau de bord, ne doutant pas un instant qu'un jour prochain, il remiserait sa vieille Vauxhall pourrie pour enfin parader dans ce véhicule sauvé de l'oubli.

Mais le hobby que m'a rappelé le billet de Serval sur les compas, bien que moins chronophage que ceux évoqués plus avant, n'en était pas moins bizarre.

Le mur du fond de son salon était tapissé d'une kyrielle de photographies punaisées et assorties chacune d'un commentaire permettant à Percy d'identifier la personne.

Pour un néophyte, toutes les photos se ressemblaient, pour Percy il n'en était rien. Elles lui révèlaient tout un univers auquel nous n'avions pas accès car chacune était le fruit du patient discours qu'il tenait à toute femme, jeune ou vieille, belle ou moche, en visite amicale ou de travail afin de les convaincre qu'il était impératif de le laisser photographier leurs genoux dès lors qu'elles pénétraient dans sa maison.

Pour mieux en convaincre les récalcitrantes, il leur montrait les centaines de photos déjà affichées, leurs laissant entendre que refuser de participer à cette œuvre collective, c'était, ma foi, comme vouloir se tenir hors de la communauté... Et visiblement, ça marchait ! Je n'ai jamais compris cette obsession, d'autant que les genoux en question n'avaient rien d'aussi affriolant que les compas de Serval. Sacré Percy Peck !

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.