Pointvirgule
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Je me souviens....

Suivi par 282 abonnés

Billet de blog 6 avr. 2009

Les machines à écrire

Du temps que la ramette d'Extra-Strong (80 grammes) tenait le haut du pavé, seules existaient les bonnes vieilles machines à écrire. Celles qui produisaient ces sons si particuliers, en rafales ou hésitants selon les compétences : Takatatakatakatak... ou alors: Tak...tak tak...takataka...tak, tak.

Pointvirgule
Une parmi d'autres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Du temps que la ramette d'Extra-Strong (80 grammes) tenait le haut du pavé, seules existaient les bonnes vieilles machines à écrire. Celles qui produisaient ces sons si particuliers, en rafales ou hésitants selon les compétences : Takatatakatakatak... ou alors: Tak...tak tak...takataka...tak, tak. 

Impossible d'oublier cette petite musique, ce concerto pour deux mains ou trois doigts façon Satie. Le seul équivalent, au niveau du ravissement sonore, c'était le Klik/Klik inimitable du Zippo de mon amour d'alors.Et j'ai encore dans l'oreille le schlourpp un peu métallique qui accompagnait la mise en place des feuillets, quand on tournait le rouleau si noir, si mat.

 Je me souviens, pêle-mêle, de la belle Valentine rouge d'Olivetti, de l'IBM à marguerite et de divers modèles portables, dont la Canon à cassette. 

Je me souviens du "retour chariot" qui, je crois bien, provoquait un léger Ding ( ou Dang). On utilisait des carbones qui imprimaient des doubles sur papier pelure ; on maudissait le sort quand, justement, on n'avait pas fait de doubles. Il arrivait aussi qu'on tape trop fort sur les touches du clavier et on transperçait l'ensemble des feuilles, faisant ainsi disparaître des lettres ou parties de lettres.

 Je me souviens des journées où il fallait changer le ruban noir et rouge, de marque Armor, souvent. Moments redoutés qui laissaient les doigts tachés et n'étaient pas toujours si simples.

 Je me souviens des rapports quasiment affectueux que j'entretenais avec mes machines successives. Grâce à elles, mes mots prenaient forme, noir sur blanc. Et j'aimais qu'elles restent impassibles devant mes fautes de frappe ou mes hésitations ou mes dérives stylistiques. 

Et puis un jour, par goût ou nécessité, nous avons fini par succomber aux charmes froids de la logique binaire et nous sommes entrés dans l'univers de l'informatique.

 Je me souviens aussi de mon premier ordinateur, un MacIntosh 512 cubique, et gris, doté d'une petite icône qui se fendait la poire quand on l'allumait et que tout allait bien. Il se goinfrait de disquettes, à l'époque, le Mac. Et il se la jouait "fin de siècle", parfois : c'est lui et ses acolytes qui ont remis au goût du jour le délicieux "obsolète".

 Et cette souris démoniaque qui zigzaguait frénétiquement ! Un soir, pour avoir oublié d'enregistrer avant de me tromper de touche, j'ai perdu en une fraction de seconde 18 pages (18 pages !) qui me semblaient impérissables. Je n'ai pas oublié l'espèce d'effroi, presque surnaturel, que j'ai ressenti. Quelle ténébreuse puissance était donc capable d'anéantir tant d'efforts, me laissant médusée et privée de tout recours ? 

Mais je me souviens aussi du sentiment de liberté qui m'a envahie quand j'ai compris que je pouvais modifier le texte à volonté sans avoir à tout retaper. Simple comme bonjour - d'autant que j'avais à mon service une employée docile et non syndiquée, communément désignée comme "l'imprimante". Le rêve, en somme. 

C'est donc sans regret et même avec un certain émerveillement que j'ai troqué l'univers désuet des machines à écrire et le staccato des pages que l'on voudrait immortelles contre le cliquetis ouaté du traitement de texte. "Traitement" efficace, semble-t-il. On peut écrire mieux, plus finement, jusqu'à trouver enfin les mots justes. Ou pas, c'est selon. 

Cela dit, je me souviens aussi de mon premier stylo...  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Pour Matignon, le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix