Quand j'étais "cinétéléphile"...

C’est ciné-club à la télé...

   

Lillian Gish dans " La nuit du chasseur" © Charles Laughton Lillian Gish dans " La nuit du chasseur" © Charles Laughton
 Les parents montent se coucher ce soir c’est ciné-club à la télé. J’ai l’écran pour moi seule. Ils m’attendent : Robert, Marilyn, Gene, Judith, Gregory, Natalie, Ava, Boris, Stewart, Greta … les américains le plus souvent.  Je ne sais plus à quel âge j’ai commencé 13- 14 ans ? Pas de cinéma dans ma ville, la télé, seule façon de voir les films.

      Il y avait deux soirées ciné-club à la télé :

- Le ciné-club, par Claude Jean-Phillipe  depuis 1971 (voir le générique) jusqu’en 1994  (Nouvelle émission quelques années après)
- et le « Cinéma de Minuit » depuis 1976 présenté par Patrick Brion (générique) avec sa voix toute particulière     

    Oui évidemment il y  avait des histoires d’amour :

  •  Le policier qui tombe amoureux d’une morte qui resurgit en plein film…
  •  Gene qui  va passer toute sa vie à aimer un fantôme bougon…
  •  Katharine qui  se met à aimer, sous un air de Brahms,  le frère de son mari (forcément c’est Robert Mitchum !)…
  • Natalie prête à tout pour suivre le beau Robert (c’t’andouille, qui comprendra bien trop tard).La fois d’après elle perd à moitié de a raison pour les beaux yeux de Warren…
  • Marilyn qui succombe à un père de famille sur une rivière (encore Bob)et puis  à un cow-boy qui l’attrape au lasso…

      Des moments héroïques

  • Le beau Marlon qui  essaie d’empêcher le lynchage de Robert …
  • Lilian sur sa véranda avec son fusil, guettant le pasteur (encore Bob !)…
  • Le grand gorille attaqué par les avions…

     

M le Maudit © Fritz Lang M le Maudit © Fritz Lang
 Des moments tragiques

  • Boris accueilli par les cris de sa fiancée qui le trouve trop horrible...
  • Johnny Got His Gun de Dalton Trumbo...

      Les ombres de "M le Maudit", et de "La nuit du chasseur" …

      La joie et l’insouciance des comédies musicales Fred Astaire, Gene Kelly, Cyd Charisse …

1693164729-1

      La fossette de Kirk Douglas …

      Le trench coat  du détective...

     Les  « Freaks » de Tod Browning

 Bien sûr il n’y avait pas que le  cinéma américain : les italiens (Visconti, Fellini, Rossellini, Pasolini…),et puis Bunuel, Renoir, Marcel Carné, ...  que de couchers tard ! Dire que maintenant je m'endors devant la télé comme mes parents à mon âge ! Fuck !

Théorème © PASOLINI Théorème © PASOLINI

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.