Je me souviens de René-Victor Pilhes

René-Victor Pilhes est mort le 9 février.

Automne1974, je me souviens, sursitaire, je venais de rentrer d'Algérie où j'avais effectué mon service militaire au titre de la coopération. J'y avais eu des amis ariégeois que malheureusement j'ai perdus de vue, l'Ariège était ainsi entrée dans mon cœur. Par la suite, venu habiter à Toulouse, cette terre pyrénéenne s'est ajoutée au Béarn, je m'y suis un peu bouturé loin de mes racines auvergnates.

Automne 1974 donc, plein de ces amitiés je fus frappé par la bombe médiatique qui hissa sur le devant de la scène un Ariégeois baroque et flamboyant René-Victor Pilhes, les dames du Fémina avait couronné ce bâtard orgueilleux pour L'imprécateur.

Je n'ai lu et relu que ce livre de l'écrivain qui vient de mourir, dont la disparition est à peine annoncée, alors que ce livre fit grand bruit.

Automne 1974, entrant enfin dans la vie active j'effectuais un stage de formation pour mes fonctions de petit cadre de la Fonction Publique et, fait étonnant dans un milieu pas très porté vers la littérature le roman était l'objet de nombreuses conversations. C'est sans doute parce que nous étions de jeunes fonctionnaires syndicalistes, enfants de mai 1968, que nous avions été fascinés par la lecture de la chute de la filiale française d'une multinationale américaine. Nous ne nous doutions pas que la peinture acerbe des cadres du privé nous pourrions la plagier pour décrire notre hiérarchie. Roman dont le récit d'anticipation a été confirmée par l'Histoire et l'auteur passé aux oubliettes.

Pilhes fut occitan, mendésiste, chevénementiste, cégétiste, connut l'Algérie, chercha ses racines, en cela je fus son petit frère, discret. Merci à lui d'avoir porté haut un récit personnel qui m'aide à faire le mien.

Seix est son village en Ariège et je mets en lien ce bel article du blog très local du patrimoine seixois . Il en dit long sur cet écrivain dont l'oeuvre est un alliage de fiction et d'auto fiction.

http://patrimoine-seixois.fr/rene-victor-pilhes-ecrivain/

René-Victor Pilhes - Le livre qui a changé ma vie © La Grande Librairie

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.