Semaine Sainte à Séville

C'était en 1979 peut-être...Nous avons passé la semaine à Séville, La Semaine Sainte, dans une Espagne récemment débarrassée de Franco.

Madrugá - Semana Santa Sevilla 2020 #QuédateEnCasa © Ayuntamiento de Sevilla

C'était l'idée de mon beau-frère qui avait dégoté un hôtel en centre-ville, et nous fûmes à pied d'œuvre pour les Rameaux. J'avais quelques images en tête, sans plus. Ma surprise fut de trouver une foule immense tout autant païenne que chrétienne, fêtarde aussi bien que recueillie. L'atmosphère générale dans la ville était à la fête, les rues grouillaient de monde, il y avait à boire et à manger ! Et puis viennent les choses sérieuses, annoncées déjà par la présence nombreuse dans les rues des pénitents style klu klux klan. Cela commence par la sortie, très technique et très applaudie, des pasos baroques des églises des différentes confréries, la musique solennelle, le rythme lent des pasos supportés par des fantômes dont on ne voit que les mollets poilus, les arrêts fréquents pour entendre les chanteurs de saetas* qui me semblaient encourager la difficile négociation des changement de direction dans les rues étroites, le passage triomphal entre les tribunes dressées près de la cathédrale. La fête toute la nuit ! Plus que Paris, en 1979, l'Espagne est une fête !

L'apogée ces sont les sorties de La Triana et de la Macarena. Macarena guapa ! À ce cri j'ai failli mourir étouffé par la foule, poussé contre une barrière métallique et contraint de regagner ma chambre d'hôtel pour reprendre mon souffle.

Aujourd'hui je pense aux rues de Séville désertes.

*Une saeta une courte chanson à caractère religieux chantée en l'honneur d'un paso.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.