Yohann Chanoir
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Je me souviens....

Suivi par 280 abonnés

Billet de blog 13 avr. 2009

Mon premier chat...

Yohann Chanoir
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

In Memoriam, ô chat perché sur une épaule... et à Anubis, fier et bon chat, dont la douleur de la perte encore me déchire...

Longtemps, j'ai eu des chats.

De bonne heure même, j'ai eu des chats.

Et de cette longue cohorte, qui m'accompagne encore aujourd'hui, il y a eu le premier.

C’était un tigre, un vrai, un chasseur redoutable. « Un félin en miniature » a écrit Lorentz ou Buffon, je ne sais plus. Il avait son territoire, la ferme familiale. C’était mon chat, c’était le roi des chats.

J’étais petit, très petit, mais il m’avait choisi. Il dormait près de moi, il siestait avec moi, me veillait. Tout le monde protestait, tel un front canin. Mes parents, mes oncles et mes tantes, les voisins, le reste de la famille, le pédiatre. Tout le monde, sauf mon grand-papounet qui le laissait, et qui en bon Ancien, en figure vétéro-testamentaire, avait énoncé la loi.

Pour moi, c’était une peluche, une drôle de peluche, qui bougeait, qui était toute chaude, qui faisait des bruits bizarres, avant de s’endormir à mes côtés. Contrairement à l’avis des Cassandre, jamais il ne m’a mordu, jamais il ne m’a griffé. Aucune maladie ne fut contractée, aucune pathologie ne fut communiquée, aucune infection ne fut constatée.

Il dormait avec moi, faisait son métier de chat, avec le bipède qu’il s’était choisi. C’était le roi des chats, c’était mon chat.

Je devais être alors un drôle de bipède… hésitant entre la position debout et la position à quatre pattes. Je ne parlais hélas pas chat, c’est dur à dire miaou quand on vous oblige à prononcer des stupidités comme papa, tata, maman, tonton… J’espère pourtant que je lui parlais, avec mon langage à moi, de petit bipède. Et curieusement, dans ses yeux, je savais qu’il me comprenait. Je l’aimais tellement cette peluche magique, mon Hobbes à moi, je l’aime encore. Un jour, il est mort. On me l’a tué. On a tué mon chat. Rien que d’écrire ces mots, les larmes envahissent mes yeux. La haine est là, jamais éteinte. Il n’y a pas de prescription pour ce crime-la.

Je me souviens… J’ai pleuré, beaucoup, énormément, à un tel point que je suis tombé malade... C'était mon premier chat, le roi des chats. Quand le bon roi tombe, les sujets sont attérés et à terre. Il n'y a rien après la mort. J’espère bien qu’il n’y a rien après, que le grand sommeil. A tout hasard, en partant, j’emporterai quelques livres, une lampe-torche et des lunettes, just in case… Mais j’espère de toute mon âme, de tout mon cœur jamais guéri, qu’il existe un paradis pour les chats, ces dieux à quatre pattes, où ils peuvent chasser, dormir, grimper aux arbres, jouer à saute-mouton, compisser murs et fleurs, grifouiller… Et là-bas, j’espère que mon chat, mon premier chat, comme les autres qui l’ont suivi, s’y trouve.

C’était un bon chat. C’était mon chat, mon premier chat, c’était le roi des chats.

J’espère que tu y es, tu sais et que le jour où je partirai, que vous, toi et les tiens, aurez la grâce de m’accepter, moi le petit bipède. J’espère que tu te souviendras de moi.

Toi, mon ami, mon frère, si complice, si compréhensif, toi, mon chat, mon premier chat…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel
Journal
Dessine-moi un coronavirus
Le coronavirus est-il noir, rouge, vert ou transparent ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Où se tapit-il ? Quelle place prend-il à la maison ou à l’école ? Que peut-on faire pour y échapper ? Les enfants d’un atelier de dessin parisien répondent avec leurs mots et leurs images.
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS