Je me souviens des souvenirs des autres

 

Il m'est venu l'envie de donner la parole à tous ceux qui, par leurs chansons, rejoignent le thème de la présente édition.

Je propose donc d'ouvrir portes et fenêtres pour y laisser entrer d'autres sensibilités, d'autres émotions, de toute origine et de toute époque.

Collectons, collectons, la récolte sera belle !

A tout seigneur tout honneur, ouvrons le bal avec Charles Trénet et son " Coin de rue ":

 

Je me souviens d'un coin de rue
Aujourd'hui disparu
Mon enfance jouait par là
Je me souviens de cela
Il y avait une palissade
Un taillis d'embuscades
Les voyous de mon quartier
Venaient s'y batailler
A présent, il y a un café,
Un comptoir tout neuf qui fait de l'effet
Une fleuriste qui vend ses fleurs aux amants
Et même aux enterrements
Je revois mon coin de rue
Aujourd'hui disparu
Je me souviens d'un triste soir
Où le cœur sans espoir
Je pleurais en attendant
Un amour de quinze ans
Un amour qui fut perdu
Juste à ce coin de rue
Et depuis j'ai beaucoup voyagé
Trop souvent en pays étrangers
Mondes neufs constructions et démolitions
Vous me donnez des visions
Je crois voir mon coin de rue
Et soudain apparus
Je revois ma palissade
Mes copains mes glissades
Mes deux sous de muguet de printemps
Mes quinze ans... mes vingt ans
Tout ce qui fut et qui n'est plus
Tout mon vieux coin de rue.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.