Tinus
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Je me souviens....

Suivi par 280 abonnés

Billet de blog 26 sept. 2014

Un calcul de génie

Au cours moyen un instituteur nous avait impliqués dans un projet dingue, la fabrication d'une machine à calculer…

Tinus
art, photographie, mots
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au cours moyen un instituteur nous avait impliqués dans un projet dingue, la fabrication d'une machine à calculer. Les machines à calculer venaient de faire leur apparition, elles étaient à leds, rouge sur fond sombre, intrigantes. Elles coûtaient encore très cher et les piles s'usaient très vite. Nous, on se demandait vraiment comment on serait capables d'en fabriquer une.

Le maître, c'est comme ça qu'on l'appelait, maître, a poussé sur l'estrade une table roulante. De celles qui servaient normalement à la desserte des plats entre la cuisine et la salle à manger, sauf qu'au lieu de plats apétissants le plateau inférieur était chargé de pièces mécaniques diverses prélevées sur de l'électroménager. Le cœur du dispositif, surtout, était un programmateur de machine à laver. Ça tournait en rond, avec en couronne plein de petits contacteurs en cuivre. Quelque part sûrement, une batterie ou bien de ces grosses piles pour lampes de cheminots. Et des fils un peu partout. Sur la partie supérieure, il y avait un caisson de contreplaqué non encore assemblé, destiné à servir pour la zone d'affichage. Il était ajouré d'une longue fenêtre horizontale, de sorte qu'on puisse aligner une dizaine de diapos rétro-éclairées par de petites ampoules de lampe de poche. Un système de cloison placée en diagonale derrière chaque diapo permettait de séparer deux ampoules qui illuminaient soit toute la diapo, et apparaissait alors un zéro un peu incliné en losange, soit seulement la moitié de la diapo, quand une seule ampoule était allumée, et dans le demi-losange du haut apparaissait un "un".

On n'a rien compris à toute la machinerie, ce qui ne nous a pas empêchés de peindre les diapos. On a aussi fait les petites soudures des ampoules, placé les cloisons. Quand tout a été terminé, par je ne sais plus quel moyen on donnait à la machine deux nombres préalablement convertis en base deux, et on la lançait. Dans le cliquètement du programmateur les diapos affichaient alors une série de uns et de zéros censés former la somme des deux nombres : elle additionnait en base deux.

Autant vous dire qu'à  chaque calcul on vérifiait le résultat sur un bout de papier. Et que si on tombait sur le même résultat on ne se disait pas, je ne me suis pas trompé, on se disait qu'elle avait juste. Bref par le biais de cette machine, on a tous su calculer parfaitement en base deux à la main.

Mais je ne sais plus additionner en base deux ... Non. Ce qui s'est gravé ce jour-là, c'est la démystification de la Machine et de l'Electronique, au moment même où cette dernière apparaissait dans nos vies. Nous confier la peinture des diapos, faire de nous les artificiers des uns et des zéros avec de simples ampoules et du carton, ça c'était le vrai coup de génie du pédagogue. Comme la révélation simple que tout pouvait s'expliquer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin