Billet de blog 6 déc. 2021

Dimanche 5 décembre : un déchirement

Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.

Joseph Siraudeau
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’écris la tête abattue, le coeur soulevé. Cette nuit…

Il y eu déjà tant de réactions que je ne prendrai pas la peine d’égrener les faits.

J’essaie de réfléchir, mais comment ? Rentré.e chez moi, ébranlé.e, déchiré.e, des spasmes me traversant le corps, ces images me collent à l’esprit. En boucle. Les actes ont remplacé les mots.

Conscient.e que ces phénomènes ne datent pas d’hier (je pense, entre autres, à ces groupuscules fascistes souvent en balade à Lyon), je ne pourrais pas dire : un cap a été franchi.

Non, il n’y eut ni bifurcation, ni amplification. Il y eut simplement actionnement du détonateur.

“Tic, tac” (1) fait, depuis cet après-midi, l'horloge du péril politique.

J’ai vu, comme j’ai pu le voir et le revoir par le passé ; j’ai vu la létalité dans leurs yeux ; j’ai vu la rage dans leurs muscles ; j’ai vu la fièvre dans leur sans-cœur. 

Et ils déferlaient le pavé, ils faisaient valser les nuques, et ils gueulaient la haine, ils ordonnaient la foudre cybernétique. Comme des hordes ils coursaient, comme des meutes ils dévoraient.

Des dizaines d’interpellations. Des centaines d’humiliations.

Des milliers de chemises noires acclamaient gaiement. Des centaines rudoyaient avides, matérialisation de la fiction du corps commun.

Pendant ce temps, d’autres brayaient leur joie. Des réjouissances, il en faut indéniablement, mais celles d’aujourd’hui avaient un goût amer de désolidarisation. Sans doute, à chacun.e ses plaisirs.

        Ils et elles nous disent qu’il n’y a rien à craindre. Un épiphénomène et, “comme toujours, vous exagérez” (2). L’écran protecteur se confond mal avec la pluie sombre du dehors. Jusqu’ici, pas de mort, donc tout va bien.

Et la rhétorique implacable nous est servie. Si certaines paroles sont répréhensibles, cibler les-policiers-nos-amis qui maintiennent la sécurité aux abords du lieu-dit est impardonnable. 

Surtout, la vraie violence, c’est d'empêcher quelqu'un.e de s’exprimer. Dit la masse fade et morte-vivante (3).

Oui, ils nous ont tenu en échec. Leurs moyens de neutralisation l’expliquant logiquement.

Oui, nous pouvons nous reprocher notre faiblesse tactique.

Oui, nous pouvons regretter nos courses, parfois justifiées, parfois précipitées.

Oui, nous avons été désarmé.es physiquement.

Mais nous étions présentes et présents. Là.

Puisque aucune menace ne l’est que ponctuellement, osons nous réunir, chaque jour s’il le faut. Osons prévoir en nous laissant toujours la liberté d’improviser. Et répandons l’auto-défense.

*

A l’heure où j’écris ces phrases, des gens croupissent dans leur geôle depuis midi, sans soins, sans contacts extérieurs.

D’autres ont été libérés tardivement.

Ce texte leur est adressé.

(1) “Et nique la bac”, pour les intimes.

(2) Parole anonyme.

(3) Résultat du projet politique d’apathie citoyenne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener