mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été sur Mediapart !

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart jeu. 25 août 2016 25/8/2016 Dernière édition

Le Temps retrouvé à Maussane-les-Alpilles

© Fred Oberson
© Fred Oberson

Avant que les derniers vacanciers d’août quittent la région, Maussane-les-Alpilles renoue avec le passé. Dès le matin le village se métamorphose et vit comme en 1900. Les habitants déboulent des ruelles de la cité vêtus à l’ancienne en transportant sur de vieilles charrettes toutes sortes d’objets sortis des greniers. Ils reconstituent l’échoppe du savetier, du tourneur sur bois, du matelassier, du maréchal ferrant un vieux cheval de trait. La vieille école avec ses bancs de bois et son tableau noir reprenddu service. Malheur à ceux ou celles qui font des fautes à la dictée. A la récré, un carrousel de bois tourne au bon vouloir de l’âne. L’écrivain public trempe sa plume dans l’encrier et corrige le billet de votre blog. Le musicien joue de son orgue de barbarie. Les saltimbanques ont dressé leurs tréteaux pour faire revivre les textes de Pagnol et Daudet

 

 

Le berger traie ses chèvres à la main et fait goûter aux passants ce lait particulier et ses faisselles. Les commerçants ne sont pas reste. Le boulanger a façonné toute la nuit des pains au levain et des fougasses à l’huile d’olive. La maraîchère a rempli ses paniers de panais, de topinambours, de courges et de tomates cœur de bœuf. L’épicier se targue de faire des confitures de citres et de figues à la manière de sagrand-mère. Les dames du village se sont placées devant le lavoir municipal pour nous préparer la soupe au pistou et l’anchoïade. Charles, le boucher, nous sert sa véritable andouillette provençale, la seule, la vraie car ailleurs, selon lui, cela s’appelle des andouilles !

 

 

 

Les aubergistes et leurs marmitons rivalisent de savoir-faire pour offrir aux gourmands, les pieds et paquets, la daube provençale, le tian de courgettes, et pour accompagner la côte de taureau de Camargue le papeton ou la riste d’aubergines.

Et l’on ne saurait finir un bon repas sans un fromage de chèvre et le nougat glacé au garlaban. Vous prendrez bien un sacristain avec le café ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
Miam, ca a l'air sympa ce barbecue !! Je n'avais pas vu la vidéo Fred, on ne les voit jamais si on ne les commente pas dans l'actualité des editions, ca aussi c'est enervant, mais bon.... :)

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Fred Oberson

Cultive les oliviers et l'écriture...
Maussane-les-Alpilles - France

L'édition

suivi par 13 abonnés

L'edition des curieux photographes gastronomes

  • 11 rédacteurs
  • Rédacteur en chef : Christel
À propos de l'édition
Vous aimez la photographie, mais vous êtes gastronome? Vous voulez jumeler ces deux passions? Cette édition est pour vous ! Avant tout, ce qui compte ici est la curiosité et l'amateurisme. Alors partageons nos passions !!
Une du Club