Camille&Guillaume
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

A l'heure suisse

Suivi par 110 abonnés

Billet de blog 8 août 2009

Le théâtre du crime, c'est pas joli joli !

Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le musée de l'Elysée à Lausanne affiche une exposition qui sort de l'ordinaire. Le théâtre du crime propose à ses visiteurs une plongée morbide dans la photographie judiciaire au début du 20e siècle. Les photographies exposées sont rares et méritent d'être montrées. Malheureusement les options muséographiques insistent trop lourdement sur la dimension esthétique des images au détriment de leur fonction, leur usage, leur histoire.

Bon d'abord, il faut avoir le coeur bien attaché. Camille et moi sortions de table, au menu filet de perches, café puis glace sur les quais d'Ouchy avant de remonter au musée de l'Elysée. Le petit air frais de la climatisation et la blancheur immaculée des salles du musée renvoient à une ambiance de morgue. Surtout que tout est blanc, partout. Brrrrrrr. Oubliez votre dernier repas, mettez une petite laine et suivez le guide ! Comme à l'accoutumée, la visite de l'expo commence par un panneau explicatif nous présentant l'auteur des photographies,Rodolphe Archibald Reiss, ainsi qu'un petit couplet un peu léger sur la fonction des images présentées par l'expo au moment où elles ont été prises -soit des éléments contribuant à l'administration des preuves dans le cadre d'une enquête judiciaire- et la dimension esthétique qu'elles ne manquent pas de prendre par le biais de l'exposition. Là, je commence déjà à grogner. Un peu.

La notice explique pourtant bien que chaque photographie s'inscrit dans une série qui tend à dresser un panorama le plus exhaustif possible de la scène du crime. Ainsi les photos sont-elles prises dans le sens du général au particulier. Pourtant, rien de tout cela dans les salles qui suivent. La muséographie opte pour une présentation différente. Ici on trouvera des portraits de corps revivifiés, Là des plans plus généraux de cadavres avec l'environnement dans lequel on les a trouvés. Les explications accompagnant les photographies se limitent au minimum. Une date, un lieu, la vague mention d'une "affaire", d'un "meurtre", ou d'un "suicide probable". Point. parfois, on trouve un extrait du manuel de la police scientifique et de la photographie judiciaire, deux ouvrages signés par Reiss concernant de près son métier.

Que nous disent ces images alors ? Pas grand chose. On est surtout censé apprécier leur valeur esthétique. C'est sûr, au-delà de leur formalisme imposé par les règles de la criminologie naissante -ou peut-être même grâce à elles-, les photographies de Reiss impressionnent. On y trouve un sens poussé de la composition et du portrait. Les scènes de crimes commis dans des pièces closes sont prises à hauteur de plafond et offrent d'étonnantes perspectives. Le but étant de saisir l'entier du lieu, le cadavre se retrouve réduit à un statut d'objet sans plus de valeur que le mobilier qui l'entoure. Alors, esthétiques, ces images? Après tout pourquoi pas. Mais réduites à cette seule fonction, il ne reste que la mise en scène macabre du cadavre et la curiosité morbide du visiteur.

L'exposition s'accompagne d'une publication éponyme qui ne partage pourtant pas le même travers. On y trouve toutes les références qui font défaut à l'exposition ainsi que de nombreuses notices historiques sur la criminologie et la biographie de Reiss. Seul bémol, l'ouvrage, de mon point de vue nécessaire pour apprécier pleinement l'exposition, coûte 69 francs... Qui a dit que la culture serait bientôt gratuite ?

Référence : Collectif, Le théâtre du crime, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2009

Guillaume Henchoz

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI