Camille&Guillaume
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

A l'heure suisse

Suivi par 113 abonnés

Billet de blog 8 août 2009

Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Le théâtre du crime, c'est pas joli joli !

Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le musée de l'Elysée à Lausanne affiche une exposition qui sort de l'ordinaire. Le théâtre du crime propose à ses visiteurs une plongée morbide dans la photographie judiciaire au début du 20e siècle. Les photographies exposées sont rares et méritent d'être montrées. Malheureusement les options muséographiques insistent trop lourdement sur la dimension esthétique des images au détriment de leur fonction, leur usage, leur histoire.

Bon d'abord, il faut avoir le coeur bien attaché. Camille et moi sortions de table, au menu filet de perches, café puis glace sur les quais d'Ouchy avant de remonter au musée de l'Elysée. Le petit air frais de la climatisation et la blancheur immaculée des salles du musée renvoient à une ambiance de morgue. Surtout que tout est blanc, partout. Brrrrrrr. Oubliez votre dernier repas, mettez une petite laine et suivez le guide ! Comme à l'accoutumée, la visite de l'expo commence par un panneau explicatif nous présentant l'auteur des photographies,Rodolphe Archibald Reiss, ainsi qu'un petit couplet un peu léger sur la fonction des images présentées par l'expo au moment où elles ont été prises -soit des éléments contribuant à l'administration des preuves dans le cadre d'une enquête judiciaire- et la dimension esthétique qu'elles ne manquent pas de prendre par le biais de l'exposition. Là, je commence déjà à grogner. Un peu.

La notice explique pourtant bien que chaque photographie s'inscrit dans une série qui tend à dresser un panorama le plus exhaustif possible de la scène du crime. Ainsi les photos sont-elles prises dans le sens du général au particulier. Pourtant, rien de tout cela dans les salles qui suivent. La muséographie opte pour une présentation différente. Ici on trouvera des portraits de corps revivifiés, Là des plans plus généraux de cadavres avec l'environnement dans lequel on les a trouvés. Les explications accompagnant les photographies se limitent au minimum. Une date, un lieu, la vague mention d'une "affaire", d'un "meurtre", ou d'un "suicide probable". Point. parfois, on trouve un extrait du manuel de la police scientifique et de la photographie judiciaire, deux ouvrages signés par Reiss concernant de près son métier.

Que nous disent ces images alors ? Pas grand chose. On est surtout censé apprécier leur valeur esthétique. C'est sûr, au-delà de leur formalisme imposé par les règles de la criminologie naissante -ou peut-être même grâce à elles-, les photographies de Reiss impressionnent. On y trouve un sens poussé de la composition et du portrait. Les scènes de crimes commis dans des pièces closes sont prises à hauteur de plafond et offrent d'étonnantes perspectives. Le but étant de saisir l'entier du lieu, le cadavre se retrouve réduit à un statut d'objet sans plus de valeur que le mobilier qui l'entoure. Alors, esthétiques, ces images? Après tout pourquoi pas. Mais réduites à cette seule fonction, il ne reste que la mise en scène macabre du cadavre et la curiosité morbide du visiteur.

L'exposition s'accompagne d'une publication éponyme qui ne partage pourtant pas le même travers. On y trouve toutes les références qui font défaut à l'exposition ainsi que de nombreuses notices historiques sur la criminologie et la biographie de Reiss. Seul bémol, l'ouvrage, de mon point de vue nécessaire pour apprécier pleinement l'exposition, coûte 69 francs... Qui a dit que la culture serait bientôt gratuite ?

Référence : Collectif, Le théâtre du crime, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2009

Guillaume Henchoz

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost