Samuel Dixneuf
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

A l'heure suisse

Suivi par 114 abonnés

Billet de blog 23 oct. 2009

Je vocifère donc je suis

Et voilà… C’est l’escalade. Non, pas l’Escalade 1602. Ca c’est le 12 décembre. Sera-t-elle célébrée cette année avec encore plus de ferveur, maintenant que les voisinsSavoyards sont redevenus officiellement les ennemis déclarés de la « République de Genève » ?

Samuel Dixneuf
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et voilà… C’est l’escalade. Non, pas l’Escalade 1602. Ca c’est le 12 décembre. Sera-t-elle célébrée cette année avec encore plus de ferveur, maintenant que les voisins
Savoyards sont redevenus officiellement les ennemis déclarés de la « République de Genève » ? Le Père Stauffer, expert en récupération, n’a pas attendu : il rappelle sur son Blog de la Tribune de Genève que « Le Mouvement Citoyens Genevois a déposé en date du 29 octobre 2007 un projet de loi afin que le jour de l’escalade puisse être férié ! »Pourquoi ? « L'Escalade (…) doit être un jour férié en mémoire aux victimes pour rappeler aux générations futures que ces illustres Citoyens ont donné leur vie pour que Genève reste toujours Genève, ce grain de musc qui embaume l’Univers comme disait volontiers Voltaire auquel l’importance des libertés genevoises n’avaient pas échappé dans son combat contre la monarchie et le nantis d’alors (sic). » Stauffer citant Voltaire, c’est beau comme du Chopin. Nous y reviendrons. Peut-être.

L’escalade dont on parle aujourd’hui est d’une autre nature. C’est celle, prévisible, qui touche la campagne des votations du 29 novembre prochain, et en particulier l’initiative populaire « contre laconstruction de minarets. »

On nous l’avait bien dit : interdire c’est faire le jeu des extrêmes qui vont crier à la censure. Crier étant le mode d’expression favori des extrêmes en tout genre, les murs vont se couvrir de leur hargne. CQFD. L’UDC « redouble ainsi dans le registre sombre et martial » souligne Daniel Audétat dans le journal 24 heures en proposant des affiches représentant le drapeau suisse barré du mot ‘Censure’ en lettres noires. Sans parler du jeu sur Internet, Minarett Attack, « destiné aux jeunes générations », qui en dit long sur les compétences pédagogiques réunies de l’UDC et de l’UDF.

Pourquoi les "extrémistes" sont ceux qui parlent le plus ?

C’est vrai, on entend qu’eux. Les affichettes des partisans du ‘Non’ ne font parler personne. Pourquoi ? Trop gentilles, trop mièvres ? Pas assez nombreuses ? Les deux.

D’une part, les partisans du 'Non' auraient moins de moyens que les autres : « Les adversaires de la xénophobie ont de l’humour, mais peu de moyens » glisse Michel Audétat toujours dans 24 heures. Ah bon ? On sait que l’UDC a de la thune mais quand même… On s’en fout un peu des recommandations du Conseil fédéral et du Parlement mais dans ce cas précis « le Conseil national a rejeté l’initiative par 131 voix contre 63 sans abstention, le conseil des Etats par 35 voix contre 7 et 3 abstentions », soit une écrasante majorité. Une écrasante majorité qui n’aurait pas le sou pour faire une campagne digne de ce nom : informative, touchant la raison et non l'émotion. Vaste blague.

D’autre part, la mesure, la raison n’ont jamais ému les foules. Ce qui fait vendre, on le sait, c’est le cul et la violence. C’est le cas des campagnes UDC. Du choc, toujours du choc, flattant les instincts les plus primaires. Les campagnes successives de l'UDC relèveraient donc de la pornographie politique. Elles combinent obscénité et violence, d’où leur succès.

Mais nous n’avons toujours par répondu à cette question : Pourquoi les "extrémistes" sont ceux qui parlent le plus ? Question qui faisait hier le titre d’un article du Monde.fr, article se basant sur une étude américaine pour y répondre. http://researchnews.osu.edu/archive/majopinion.htm

Voilà en substance ce que l’on peut retenir : « Le phénomène [de l’extrémisme] s'auto-entretient : persuadés qu'ils représentent l'opinion majoritaire, les plus extrémistes s'expriment plus volontiers que les modérés, renforçant l'impression qu'ils sont majoritaires, ce qui les incite à prendre plus facilement la parole. Les résultats de l'étude, estiment ses auteurs, expliquent en partie pourquoi les éléments les plus radicaux des partis politiques américains sont souvent perçus comme représentant l'opinion dominante de leur famille politique. »

Pour résumer, l’extrémiste, refoulant sa position minoritaire qui met en péril sa toute puissance fantasmée, noie ses doutes sous un déluge de vociférations qui entretiennent son illusion de domination et sa sensation d’être accepté. Un phénomène qui relève donc de la psychiatrie.

Prolonger :

http://www.admin.ch/aktuell/abstimmung/00229/index.html?lang=fr

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/10/22/pourquoi-les-extremistes-sont-ceux-qui-parlent-le-plus_1257272_651865.html

http://www.24heures.ch/vaud-regions/actu/guerre-affiches-durcit-2009-10-22

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat