Saâdane 0 - Slovénie 1

Mediapart publie un article d'Adlène Meddi, rédacteur en chef d'El Watan Week-end, qui a suivi le match Algérie-Slovénie de Coupe du monde depuis Alger et ne cache pas sa déception...

Mediapart publie un article d'Adlène Meddi, rédacteur en chef d'El Watan Week-end, qui a suivi le match Algérie-Slovénie de Coupe du monde depuis Alger et ne cache pas sa déception...

 

Même ma chienne a fait la gueule quand le sélectionneur algérien décida de faire remplacer Djebbour, qui s'était pourtant bien battu, par l'incorrigible Ghezzal, à la 58e minute, attaquant décevant pendant les matchs préparatoires, bon par son gabarit de gladiateur pour le milieu de terrain, mais maladroit en attaque au point de rater deux superbes occasions et juste capable de s'attirer un carton rouge à la à la 73e minute, juste 15 minutes après son entrée sur le terrain. Ma chienne a grogné - «Les croquettes d'importation sont avariées ma doudounette?» - Ah non! Dans son colérique aboiement j'entrevois les grilles de lectures du match.

Les Fennecs ont maintenu sur le terrain un superbe jeu, les commentateurs de TF1 se disaient surpris par cette équipe algérienne après les débâcles des matchs préparatoires (contre la Serbie et l'Irlande, même score, 3 à 0 !) ! Jusqu'au remplacement de Djebbour par Ghezzal, les Verts jouaient du football. Superbe alchimie entre envolées individuelles et tactique collective. Tout était à eux: les chœurs tachycardiques de tout un pays (et ma chienne de 7 ans quand même !) et les 18 mètres aléatoires slovènes à portée de but !

Ma chienne, franchement, elle ne comprend pas. Elle boudera ce soir ses croquettes d'importation (20 kilos à 40 euros!) et maudira l'Evolution de n'avoir pas prévu des remontants puissants pour chien accablé par les choix catalytiques du sélectionneur national Rabah Saâdane! Hawhawhaw! La chienne s'est énervée! Elle remarque qu'après l'expulsion de ce Ghezzal, le jeu se délite et pense que, malgré tout, des joueurs professionnels peuvent dépasser cela, reprendre leur rythme, déjouer la faible défense slovène et... marquer nom de Saint-François, patron des belles bêtes !

Oh que non ma tendre canidé! Les joueurs algériens n'ont pas le temps de digérer la traitrise de Saâdane qui avait pourtant fait une croix sur Ghezzal: le milieu de terrain est mou, d'un coup, le magnifique ailier Belhadj ne peut remonter l'horloge des bêtises sâadanesques, malgré son extraordinaire prestation. Et c'est là, en plein doute des joueurs sur les choix de leur entraîneur que Kolen, sur une frappe anodine et enroulée à la 79e, surprend le gardien algérien Chaouchi qui s'inscrit dans le bêtisier du Mondial avec le portier anglais Green face aux Etats-Unis!

Là, alors là, la chienne aboie! Méchamment. Et s'effondre en un grognement nerveux. Parce qu'elle voit ces joueurs qui ne jouent plus mais qui se battent comme des malades en milieu de terrain pour rattraper le ballon et construire de parfaites offensives. Mais tout est fini. Fini, aboie-t-elle en un «hawahaw» désespéré! Et pourtant, ma chienne, on ne l'a pas dit, c'est quand même une dalmatienne!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.