«Etre avec»: dès les années 50, la Cimade agit auprès des travailleurs immigrés

Installées dès les années 50 au cœur des quartiers populaires des grandes villes, les équipes Cimade proposent un accueil et des actions pour répondre aux besoins des immigrés qui arrivent en nombre : parler et écrire le français, mais aussi disposer de possibilités de loisir et d’activités qui favorisent une meilleure insertion sociale.

 

VM2bMarseille.jpg
Aide aux devoirs à Marseille, Carnets de Violette Mouchou/La Cimade

 

Ecoutez le témoignage de Geneviève Jacques, bénévole dans l'équipe d'alphabétisation à Marseille en 1964

 

 

LaCimade6_2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Lyon, 1965 environ, Coll. Charlotte Laufenschlaeger

 

La_Cimade6_5.jpg
Cours du soir à Strasbourg, années 1970, archives Clapest

 

LaCimade6_4.jpg
Fête alpha, archives La Cimade Marseille

Les équipiers de La Cimade, engagés à la fois dans une démarche oecuménique et politique vivent alors au milieu des migrants, s’installent dans les quartiers où ceux-ci sont les plus nombreux. Ils sont présents aussi dans le camp du Grand Arénas à Marseille. Ils organisent le rattrapage scolaire, des clubs d’enfants et d’adolescents, des départs en colonie de vacances, des fêtes, des kermesses…Ils organisent aussi par exemple les visites des femmes algériennes au camp du Larzac où étaient retenus leurs maris que d'autres équipiers accompagnaient. Il s'agissait alors d'"être avec".

 

B6644301.jpg

Le camp du Grand Arénas, qui accueille des réfugiés à Marseille depuis 1948. Une équipe Cimade s'y installe de façon permanente en 1959 et y reste jusqu'en 1969. Archives COE, 1964

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.