Billet de blog 22 mai 2012

C Menzaghi
Abonné·e de Mediapart

La Pédagogie, « un gros mot » ?

Pédagogie. Oh le gros mot, l’horrible mot!La France a l’originalité  d’avoir un grand nombre de personnalités pour qui, la pédagogie, pourtant étymologiquement l’art de conduire les enfants,  doit s’appliquer partout, sauf dans le domaine scolaire où seuls règnent les savants.

C Menzaghi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pédagogie. Oh le gros mot, l’horrible mot!
La France a l’originalité  d’avoir un grand nombre de personnalités pour qui, la pédagogie, pourtant étymologiquement l’art de conduire les enfants,  doit s’appliquer partout, sauf dans le domaine scolaire où seuls règnent les savants. « La pédagogie ne doit pas l’emporter sur les savoirs » affirmait  récemment Nicolas Sarkozy dans son discours programme de Montpellier sur l’Ecole, comme si les deux étaient antagonistes et concurrents. Que veut dire une pédagogie sans contenu et des savoirs qui ne peuvent être transmis ?  

C’est au nom de cette vision, qu’a été conduite la désastreuse réforme de la formation des maîtres  qui a supprimé l’année de stage en alternance et les IUFM selon l’idée qu’ il suffit d’un bon niveau scientifique pour enseigner : c’est évidemment une condition nécessaire, mais non suffisante. Chacun d’entre nous a rencontré des chercheurs remarquables, mais incapables de transmettre la moindre parcelle de leur science. Remarque de bon sens, mais pas toujours partagée. Trop d’étudiants réussissent encore des concours de recrutement, grâce à la qualité scientifique de leurs copies écrites, mais  se révèlent immédiatement et irrémédiablement des enseignants inaudibles. Ils seront malheureux toute leur vie professionnelle et dégouteront du savoir des milliers d’élèves.

La question se pose depuis longtemps, mais elle a pris une acuité particulière avec   la grande hétérogénéité du public scolaire, et l’émergence des  nouvelles technologies de l’information et de la communication qui renforce considérablement la concurrence entre  culture scolaire et extrascolaire. En fait, derrière ce refus  de la pédagogie se dissimule une vision fausse  de l’Ecole, des élèves et des savoirs, une école frileuse,  dernier rempart contre « les barbares » : rempart pour les élèves qui, par leur capacités intellectuelles et leur milieu socio-culturel, apprennent  par eux-mêmes et quelle que soit la qualité du maître des savoirs figés une fois pour toutes,  sans rapport avec les réalités scientifiques d’aujourd’hui… Cette conception de l’enseignement n’est pas seulement inadaptée à notre époque, elle est contraire à la grande tradition initiée par les humanistes, Montaigne, le premier pour qui une tête bien faite valait mieux qu’une tête bien pleine.

Il est donc urgent de remette la pédagogie au cœur  de la  formation initiale  et continue des enseignants.  Cette pédagogie  est ce qui fait de l’école de la défiance, une école de la confiance ; où les élèves  acquièrent l’estime d’eux-mêmes. Elle sait être attentive aux plus démunis et traiter la diversité des aptitudes et des  intelligences. Elle initie chacun à la complexité des savoirs du 21eme siècle, en établissant des liens entre les domaines disciplinaires  et en articulant savoirs scolaires et extra scolaires, sans oublier de tenir  compte de la révolution numérique  dans son ampleur et ses limites. Par différentes méthodes, elle développe en chaque élève, la volonté d’autonomie, la créativité et le sens du travail d’équipe.  En donnant enfin le plaisir  d’apprendre,  elle prépare à la nécessaire formation tout au long de la vie qui seule permettra d’affronter les mutations techniques et  économiques.  Rendre à la pédagogie ses lettres de noblesse, c’est aussi refonder l’Ecole.

Philippe Joutard, Ancien recteur, Membre du Comité National Education de la Ligue de l’enseignement

André Giordan, Professeur Fondateur du Laboratoire de Didactique et Epistémologie des Sciences, Université de Genève

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt