Billet de blog 18 oct. 2021

Jean-Michel M.
Abonné·e de Mediapart

RoundUp : une nouvelle étude démontre ses effets toxiques sur le placenta humain.

Des chercheurs de l'Université de Paris, Faculté de Pharmacie, et le Pôle Risques de l'Université de Caen Normandie ont publié, en septembre de cette année, une étude exposant les effets du RoundUp sur le placenta humain. Leurs résultats sont inquiétants. Vidéo jointe publiée sur le site YouTube de Secrets Toxiques.

Jean-Michel M.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Déclaré cancérogène probable par le CIRC en 2015 puis blanchi de toute nocivité en 2017 par l'EFSA qui avait repris mot pour mot les études de Monsanto pour nous le ″prouver″, juste avant que sa licence soit renouvelée pour 5 nouvelles années en UE, le glyphosate est sujet à controverses. Il est surtout le fruit d′une lutte acharnée entre les lobbies qui le défendent et les scientifiques indépendants qui le dénoncent tant les intérêts financiers en jeu sont énormes.

Mais le glyphosate n′est que le principe actif de nombreux pesticides. Les études portant sur la toxicité de tous ces pesticides ne sont la plupart du temps réalisées que sur ce seul principe actif, omettant les effets cocktail provoqués en association avec les adjuvants utilisés dans leur composition. La Faculté de Pharmacie de l′Université de Paris et le Pôle Risques de l′Université de Caen Normandie viennent de le faire en étudiant les effets du RoundUp sur le placenta humain :

«Alors que le glyphosate ne provoque aucun dysfonctionnement sur cet organe, il a été découvert grâce à des études directes sur le placenta, que le RoundUp pouvait endommager les fonctions premières du placenta, à savoir sa fonction d'échange entre la mère et l'enfant mais également sa fonction barrière contre les toxiques. Dans certains cas, le placenta ne fait plus barrière contre les toxiques, et dans d'autres les échanges sont arrêtés, ce qui dans les deux cas pose de nombreux problèmes pour le fœtus.

Pour l'instant, seuls les principes actifs (comme le glyphosate) sont évalués par les institutions françaises et européennes, pour obtenir l'autorisation à la vente des pesticides, ce qui rend les agences aveugles aux nombreux effets hautement toxiques des pesticides pris dans leur intégralité.

L'étude encourage les institutions à ne plus se focaliser sur les effets d'une substance seule, mais à considérer les produits dans leur composition complète»

Nouvelle étude : les effets du RoundUp sur le placenta © Secrets Toxiques

La licence du glyphosate, et par conséquent de tous les produits qui en renferment, arrive à expiration l′année prochaine et les lobbies doivent depuis longtemps s′activer afin qu′il soit de nouveau autorisé en Europe. Demandons, avec FoodWatch dans sa pétition en lien, à ce que Macron s′oppose publiquement au renouvèlement de son autorisation en Europe comme il s′y était engagé.

Patrick Moore, co-fondateur de Greenpeace ayant tourné casaque pour se lancer dans le lobbying en faveur de Monsanto, a refusé devant caméras de boire le verre de RoundUp qui lui était gentiment proposé bien que pour lui ce liquide est inoffensif. Allons-nous continuer d′accepter qu′il soit imposé aux femmes enceintes ?

Tout le monde peut boire du RoundUp, sauf Patrick Moore © Special Investigation

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte