Poèmes en goguette

Un bouquet de poèmes pour dimanche finissant…

Sensations

 

Entends-tu le son du silence

parlant à ton âme éveillée ?

Assieds-toi écoute-le

te remplir de vies.

Sens tout ton être

danser doucement en toi…

 

Liberté

 

Courir dans l’herbe

de son cœur en fleurs de douceurs

et s’enivrer d’ailes

 

Organique

 

Je la pénètre de tout mon être

cet être qui entre en son âtre

autre dimension de l’autre

aspiration de profundis

telle une torche embrasée

engloutie par le vide absolu

de la petite mort de l’être.

 

Je la pénètre ou elle me pénètre

de tout son être qui plonge

dans mes sens en transes

et nous transporte d’extase

en extase vers la volupté du Néant

tel un big-bang charnel ?

 

Ô cette volupté flamboyante

jusqu’au suffoquement des sens ?

 

Il est des envolées incarnées

qui désincarnent toute matérialité

dans les bras de l’autre de l’être

partenaires le temps de disparaître

dans l’impermanence du désir.

 

Chère liberté

 

Être fidèle à l’amour et à soi-même, fidèle à la vie qui nous est donnée, avant de redevenir poussière et cendres. Être fidèle sans être inféodé.

Je ne suis pas un dogme. Ni l’Évangile selon quiconque. Je ne sais être fidèle qu’à l’amour et à moi-même, le reste, tout le reste n’est que poussière et cendres doctrinaires, que vues de l’esprit, d’un esprit égaré dans ses principes atrabilaires.

J’aime la fidélité des cœurs, celle qui n’enferme pas l’autre dans son corps, dans sa charnalité. J’aime la fidélité qui chante la liberté sans condition, celle qui nourrit l’amour sans l’étouffer. J’aime la liberté que je vois dans vos regards, femmes que j’aime, femmes-océan.

Vas, vis ta vie, toi que j’aime. Nous sommes libres d’être nous, car je t’aime fidèlement libre d’être toi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.