Marcel Nuss
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

La poésie et la vie

Suivi par 73 abonnés

Billet de blog 13 avr. 2020

Poèmes

Un poème : De la musique avant toute chose, Et pour cela préfère l’Impair Plus vague et plus soluble dans l’air Sans rien en lui qui pèse ou qui pose. Verlaine (1844-1896), Jadis et naguère, « Art poétique »

Marcel Nuss
Écrivain-consultant-formateur-conférencier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chaque

Chaque jour passe

chaque vie trépasse

chaque présent a son passé

mais pas toujours d’avenir

chaque sourire est une promesse

chaque instant est l’éternité

chaque amour est un poème

chaque poème est une lumière

chaque lumière est un bonheur

chaque bonheur est un rire

chaque chemin est un aboutissement

qui mène à toi qui mène à vous

qui mène à moi qui mène à tout

chaque regard est une vie

chaque vie est un espoir

chaque espoir est une liberté

chaque liberté est une jouissance

qui aiguise les sens

éveille le désir

et attise la vie

je ne suis que de passage

entre vous et vous

Bucolique

Écouter la fontaine qui chante et enchante le cœur, le corps apaisé.

Écouter le temps qui passe avec son Mystère immuable et serein.

Écouter la vie sous un soleil printanier à l’heure de l’éclosion.

Tendre l’oreille, étendre les sens et attendre la musique de l’Être.

Tendre la main à l’inconnu perdu sur des terres inconnues.

Tendre le cœur à toi l’amour de mes jours, à vous mes amours.

Caresser l’espoir d’un monde meilleur malgré la désespérance.

Caresser ce corps qui se donne sans détour, ces corps désirants.

Caresser l’instant que la vie m’offre à chaque instant.

Et jouir, jouir de tout, de rien, l’âme en joie, en fête, en nous.

Et jouir de la lumière, de la beauté, de la grâce et de la légèreté.

Et jouir à en perdre haleine pendant que la vie retient son souffle.

Au bord du bassin qui ruisselle et chantonne une ode aux poissons.

Résolution

Tarir cette colère vaine. Contre les injustices, la méchanceté, la bêtise, les mensonges, le mépris, le déni, l’arrogance, l’indifférence, la mesquinerie, la lâcheté et tutti quanti. Contre, toujours contre, et après ? Un autre mur de silence ou de geignements indigestes ? Puis, encore la fatalité, la résignation, l’égoïsme, la lassitude lénifiante, qui reprendront leur cours redondant, comme si de rien n’était ? Et s’emporter contre qui, pourquoi ? Tarir cette colère tapie en moi qui gronde, s’indigne, se désespère, ronge, tandis que le monde plonge dans l’impéritie politique et l’iniquité sociale. Tarir cette colère mortifère pour agir le Monde autrement. Surtout ne pas se voiler la face devant tant d’attitudes si peu démocratiques et responsables. Surtout ne pas devenir distant. Défendre, toujours défendre, autant que faire se peut, l’humain humainement des prédateurs de toutes sortes. Le cœur civique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat