Plaidoyer écologique

Tous les feux sont au rouge, le GIEC tire la sonnette d'alarme. Pourtant nos politiques ne semblent pas s'affoler plus que ça.

 

Je pleure la Terre qui meurt

je plains les cons qui la tuent

spéculation et individualisme

la roulette russe n’est pas la même pour tous

Clamser pauvres gens le capital vous le rendra

cet égoïsme cynique persuadé

que ça n’arrivera qu’aux autres ou qui

pense « après moi le déluge »

consommation et confort jusqu’à l’absurde

Que reste-t-il d’humain à tant d’humains

je pleure la Terre qui meurt

le bon sens est en friche et la solidarité en berne

touche pas à ma liberté de crever de me croire libre

juste en refusant de me priver de mon aisance

à chacun son carburant et

les autres n’ont qu’à commencer

La liberté est corrompue la liberté est frelatée

on en fait n’importe quoi pour ne pas ouvrir les yeux

pour ne pas frustrer un ego qui va à vau-l’eau

La Terre meurt et je demeure

impuissant et triste

d’être un pollueur conscient et contrit

fruit d’une culture dératée

pervertie le progrès capitalistique

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.