Fidélité

Et vous, quelle est votre conception de la fidélité ?

 

Le mariage serait-il un titre de propriété réciproque (plus indulgent pour les mâles antédiluviens), incluant facultativement un discret droit de cuissage ?

 

Mon amour, j’ai épousé la liberté auprès de toi !

 

Qu’est la fidélité en ce bas monde ? Une prison plus ou moins dorée hantée d’amertumes et de regrets posthumes ? D’enchaînements et de déchaînements, de dépendances et d’absences ? Fidèle à qui ? Fidèle pourquoi ? Fidèle comment ? Fidèle jusqu’où ? Fidèle jusqu’à quand ?

La fidélité n’est pas un principe, c’est une valeur dépréciée par un corsetage éventé.

Fidèle « fait d’être fidèle à l’autre, et, en particulier, de ne pas commettre d’adultère ». « Bon Dieu, mais c’est bien sûr ! » Tout est dit. Ton corps m’appartient, mon amour ! Tu es désormais mienne ou mien. L’amour est un objet. Tu es l’objet de mon « amour », donc l’objet de mes désirs. Fidélité, chère possessivité de l’être que l’on pense aimer. Aimer comment ? Aimer pourquoi ? Aimer jusqu’où ? Aimer jusqu’à quand ?

 

Mon amour, j’ai épousé la liberté auprès de toi !

 

L’amour n’est pas une prison, ne peut pas être une prison, même immatérielle. L’amour n’est pas un dogme, c’est une liberté partagée à deux ou davantage, dans et hors mariage.

L’amour est le rapprochement sans cesse remis à plat de deux âmes. Pas un menottage réciproque. Il est si naïf au commencement, l’amour. Il s’envole dans des envolées lyriques serties de « toujours » et autres « amour de ma vie ». Jusqu’à ce que mort s’ensuive, bien sûr. Mais quelle mort ? Celle de l’un des deux ou celle des sentiments par étouffement mutuel, train-train, rengaine, rouillure ou maturation différenciée ? Amour, atomes crochus qui se décrochent parfois avec le temps.

Aujourd’hui n’est pas demain et demain est bien loin d’aujourd’hui.

 

Mon amour, j’ai épousé la liberté auprès de toi !

 

La liberté d’aimer et de jouir en toute fidélité, la liberté libre d’aimer sa liberté. Nul n’appartient à son prochain, j’aime qui tu es, pas qui j’aimerais que tu sois, pas l’idée que je me fais de toi.

La fidélité est un papillon multicolore qui folâtre de fleur en fleur, il est fidèle au nectar pas aux fleurs, pourtant il les aime profondément.

On ne peut être infidèle qu’à soi-même, ne croyez-vous pas ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.