Nicolas DUTENT
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

La Revue du Projet

Suivi par 117 abonnés

Billet de blog 13 juil. 2011

Mouvement et multiculturalisme (par Maboula Soumahoro*)

  La France multiculturelle est le fruit d’une histoire dont les ramifications s’étendent depuis des siècles bien au-delà de nos côtes hexagonales.

Nicolas DUTENT
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

La France multiculturelle est le fruit d’une histoire dont les ramifications s’étendent depuis des siècles bien au-delà de nos côtes hexagonales.

En France, le débat public tenu en ce début de XXIe siècle sur la question du multiculturalisme peut donner le sentiment que ce thème est nouveau. Il s’agirait d’un thème étroitement lié à « l’actualité ». En réalité, il n’en est rien. Le caractère récent étroitement associé à la question multiculturelle qu’une frange spécifique de la population française s’évertue à mettre en avant ne se limite qu’à cette seule frange de la population. Cela ne soulèverait aucun problème majeur si cette population si particulière ne détenait pas, à elle seule, le pouvoir et les moyens d’organiser tant le débat public que la réflexion sur ce thème. On l’aura compris, cet ordre des choses a donc une incidence politique sur l’approche et l’articulation du multiculturalisme, de même que sur l’élaboration des catégories de personnes et communautés qui sont le plus concrètement touchées par les politiques publiques qui en découlent.

La France multiculturelle, on le sait, est le fruit d’une histoire dont les ramifications s’étendent depuis des siècles bien au-delà de nos côtes hexagonales. Le multiculturalisme français existe bel et bien de facto. De jure, des moments de l’histoire de France tels que celui de la colonisation – qui est loin d’avoir débuté avec la conférence de Berlin en 1885, ce ne sont pas nos amis Haïtiens qui me contrediront) - ont donné lieu à la reconnaissance et l’acceptation par la loi de statuts et pratiques culturelles différentes au sein du même empire. Encore aujourd’hui, dans le langage courant, certains continuent d’utiliser l’appellation « musulmans » pour désigner les Algériens. Du point de vue de l’histoire, cela s’explique très clairement. Des exemples de ce type, et ils font foison, révèlent qu’il fut un temps où la République était capable d’«intégrer » des minorités religieuses ou autres, dans tous les cas reconnues comme telles. L’exemple de l’Algérie est parlant. En effet, la France a tant combattu pour garder dans son giron cet ancien département français. Les traces et les cicatrices laissées perdurent des deux côtés de la Méditerranée.

Ainsi, de nos jours, les minorités dites « visibles », de même que les religions non chrétiennes actuellement présentes sur le territoire national, sont toutes les fruits des amours et des désamours qui ont d’abord uni, puis (parfois) séparé la France et des territoires avec lesquels l’Europe occidentale s’est décidée à entrer en contact depuis le XVe siècle. De ce fait, depuis ces temps anciens, on peut dire que les « grandes découvertes », les traites négrières et autres projets coloniaux ont chacun joué un rôle déterminant dans la production d’identités, tant individuelles que collectives, qui se sont complexifiées par des formes de formes de métissage dont on ne peut pas constamment et exclusivement déceler l’existence à l’œil nu. Cela s’avère particulièrement vrai en ce qui concerne les cultures.

La question qui se pose pour la république française aujourd’hui n’est donc pas celle de l’existence ou non d’un multiculturalisme. Celui-ci existe, ne pas le sa(voir) relève du simple déni. L’autre question qui se masque derrière la première est en fait celle de la reconnaissance de ce multiculturalisme. Posée en ces termes, la question de la reconnaissance peut impressionner tant elle remet en cause les conceptions strictes de la citoyenneté qui vont de pair avec l’acceptation de l’État-nation comme seule forme de gouvernance acceptable et efficace, garante de pureté et d’origine unique. En outre, le multiculturalisme, pour ceux qui s’y opposent, touche également à la question de l’allégeance à la Nation. Pourtant, les parcours individuels et collectifs mettent tous deux en lumière le fait que l’être humain n’a jamais laissé des frontières, réelles ou imaginaires, limité sa capacité de mouvement. Mouvement et multiculturalisme, les termes sont indissociables et résument à eux seuls l’histoire de l’humanité.

*Maboula Soumahoro est maître de conférences en civilisation du monde anglophone à l’Université de Tours.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon