Nicolas DUTENT
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

La Revue du Projet

Suivi par 115 abonnés

Billet de blog 14 nov. 2013

Les classes et la stratégie du PCF (par Serge Wolikow*)

L’analyse des divisions sociales est au cœur du diagnostic qui aujourd’hui encore détermine les projets politiques.

Nicolas DUTENT
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

L’analyse des divisions sociales est au cœur du diagnostic qui aujourd’hui encore détermine les projets politiques.

Il n’est pas question dans un bref article de traiter l’ensemble du sujet mais d’évoquer les relations que la stratégie entretient avec l’analyse des classes. Autrement dit comment la perception et le discours sur les classes sont fortement présents dans l’exposé de la stratégie communiste mais aussi dans son application.

La référence aux classes

Dans la longue histoire du communisme français, la référence aux classes est un identifiant essentiel de la politique du parti. En cela le PCF s’inscrit dans une filiation qui est celle des organisations du monde ouvrier qui dès le XIXe siècle affirment leur singularité en mettant en avant distinctions et luttes de classes quand il s’agit de se définir politiquement au sein du camp républicain qui met l’accent sur l’égalité politique. Depuis la fondation du Parti ouvrier français, dans les années 1880, par Jules Guesde, le combat pour l’égalité sociale est le propre du combat pour la République sociale. Le mouvement syndical qui émerge à la fin du XIXe siècle avec la CGT met l’accent sur la lutte pour l’abolition du salariat et la réappropriation par le monde ouvrier de ses moyens de production.

Après la révolution russe et l’établissement du pouvoir soviétique, le jeune parti communiste met en exergue une vision de la société où le prolétariat campe face à la bourgeoisie dominante dans une société où les classes intermédiaires de petits propriétaires, petits bourgeois commerçants, artisans ou agriculteurs, sont en voie de disparition. En fait, cette thèse répandue très fortement par l’Internationale communiste, notamment sous le mot d’ordre « classe contre classe », est reçue avec réticence et réserve dans le PCF. Pourtant, elle structure des pratiques qui jusqu’au début des années 1930 accompagnent la bolchevisation du parti mais aussi une conception du syndicalisme très méfiant à l’égard des alliances avec les diverses catégories de travailleurs autres que les prolétaires entendus au sens strict. Dans une France où le salariat de la grande industrie est très minoritaire cela ne contribue pas à l’élargissement de l’influence communiste mais, en revanche, cela l’enracine dans certaines zones du monde ouvrier des villes comme des campagnes. En fait, lorsque la stratégie de Front populaire, à partir de l’été 1934, prend progressivement forme, cela conduit à réviser une partie de l’ancienne analyse des classes et des catégories sociales que ce soit en milieu rural et milieu urbain.
 
Rassemblements et alliances


Désormais c’est une tout autre représentation de la division sociale qui est mise en œuvre. Reprenant une partie de la rhétorique républicaine contre les grandes familles et les monopoles, le PCF distingue la très grande bourgeoisie d’un côté et le peuple de l’autre dont la classe ouvrière constitue le noyau central. Les luttes de classes passent désormais par des rassemblements et des alliances dont l’objectif est avant tout le changement social et politique dans le cadre de la grève comme de l’élection. Cela ouvre la voie à une nouvelle forme d’organisation et de recrutement en direction des employés ou des fonctionnaires. Quant au monde paysan, dominé par les petits propriétaires, il est désormais accepté qu’il s’agit de le défendre sans considérer que sa disparition est inéluctable. Cette représentation des classes, croisée avec l’approche en termes de peuple, se retrouve fortement au moment de la Libération et de la reconstruction du pays en 1945, lorsque le PCF lance le mot d’ordre de bataille de la production. Les ingénieurs, les techniciens sont appelés à se joindre au monde ouvrier, quant aux exploitants agricoles, petits propriétaires, fermiers, ils sont également considérés comme faisant partie d’une paysannerie à défendre dont il faut promouvoir les statuts.

Lorsqu’au cœur de la guerre froide, au moment d’un nouvel isolement, le PCF, dans les années 1950, proclame la théorie de la paupérisation absolue de la classe ouvrière, c’est pour dénoncer les thèses de tous ceux qui dans la gauche mettaient en avant la thèse d’une « nouvelle classe ouvrière » profitant des retombées de la société de consommation. Dans la décennie suivante, l’attention de nouveau portée aux alliances et à la nécessité de prendre en compte les bouleversements sociaux, économiques mais aussi politiques accompagnant l’installation du régime gaulliste, vont conduire à relancer une analyse différenciée des catégories et groupes sociaux, notamment dans les nouveaux secteurs de l’économie. L’identification des groupes comme les cadres, ingénieurs et techniciens d’un côté, les ouvriers spécialisés de l’autre, les nouvelles catégories de travailleurs intellectuels mais aussi le grand capital monopoliste est inséparable de la stratégie qui se forge autour du projet de l’union de la gauche et du programme commun. Cette histoire des imbrications entremêlées entre analyse des classes et stratégie ne s’arrête pas à la fin des années 1970 mais les trente dernières années sont mieux connues des lecteurs. Il reste que la question de l’analyse des divisions sociales est au cœur du diagnostic qui aujourd’hui encore détermine les projets politiques, en ce sens sans doute la question n’a pas perdu de son actualité.

La Revue du projet, n° 26

*Serge Wolikow est historien. Il est professeur émérite d’histoire contemporaine à l'université de Bourgogne.
 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss