Castor, Pollux et les Pould’Ô (3/7) – La science de Pollux

Troisième épisode de la saga des Pould'Ô, ou la grande déception des petits épargnants.

Castor.jpgTroisième épisode de la saga des Pould'Ô, ou la grande déception des petits épargnants.

« Je dois en convenir, mon cher Pollux : vous êtes le phénix des hôtes de ces bois ! Mais comment diable vous y êtes vous pris, car nul ne pouvait prévoir ?... » le complimenta Castor, sachant bien que tout flatteur ...

Pollux.jpg« Ce n'est en effet pas donné au premier venu » professa doctement Pollux. « Un vrai travail d'experts, car il faut être savant pour inventer ces appareils sophistiqués que je vais tenter de vous décrire en des termes simplistes, tant il est vrai que même les spécialistes ont tendance à s'y perdre ».

« Ces machines complexes (que l'on dit ‘garanties à formule') exigent de la technique et du doigté ».

Castor crut le moment bien choisi pour montrer l'étendue de son savoir : « Il faut, je vous l'accorde, de vraies compétences pour savoir sélectionner ces œufs ».

etourneau.jpgPollux le coupa tout net : « Ca, c'est tout à fait accessoire ; ou peut-être est-ce au contraire primordial, mais pas de la manière dont vous l'entendez. Que se serait-il passé, à votre avis, si la condition de la formule n'avait pas joué son rôle de couperet » ? « ... » (silence gêné). « Vous ne voyez pas ? Eh bien je vais vous le dire : vous auriez tout bonnement perdu près de 2 milliards de brindilles ; au lieu de cela, vous en avez gagné plus de 647 millions, vous souvenez-vous ? Vous saisissez la différence » ?

Oui, Castor, en bon financier, voyait bien la différence et dans quel sens elle allait. Mais, malgré ses efforts et sa bonne volonté, il n'identifiait toujours pas la source de sa si bonne fortune.

Pollux, un brin condescendant, s'empressa de voler à son secours : « Vous n'avez pas oublié les 150 brindilles qui composaient chaque tas ? Eh bien, j'en ai fait deux parts : la première de 116 et la seconde, donc de 34. Les 116, je les ai immergées de sorte que six ans plus tard, elles s'étaient gorgées d'eau au point que leur volume égalait celui des 150 premières ; c'est ainsi que vous avez pu les restituer sans qu'il vous en coûte un liard.

Quant aux 34 autres, il leur aurait fallu croitre et multiplier pour devenir les 150 que nous aurions dû verser aux Étourneaux, aux termes de notre promesse si la condition avait été satisfaite. Entre nous, il aurait fallu autre chose qu'une simple immersion pour y parvenir ! Mais vous vous souvenez qu'il n'en a rien été ; c'est dire si le choix des œufs du panier était judicieux !

Croyez-vous pour autant qu'elles aient été perdues, ces 34 là ? Oui, peut-être, d'une certaine façon ; mais pas pour tout le monde ! Car vous vous doutez bien qu'elles ne sont pas restées en sommeil. Dans un tout premier temps, je les ai converties en actions d'entreprises du royaume, car la loi m'en faisait l'obligation ; mais je les ai immédiatement échangées, dans le cadre d'un contrat dûment rémunéré, contre des produits dérivés. Je ne vous dirai pas lesquels, car c'est mon savoir-faire, non plus que je révélerai avec quel partenaire.

Et combien font 17 millions multipliés par 34 ? 565 millions. Nous y voilà !

Ajoutés aux copeaux d'entrée et de garde, vous voici à la tête de 647 millions de brindilles, que vous pourrez par la suite, si le cœur vous en chante, perdre sur un coup de poker d'un de vos traders. Dans ce cas, vous pourriez vous défendre en alléguant qu'elles proviennent de votre propre bûcher alors que nous savons bien vous et moi, qu'il s'agit en fait de celles habilement détournées des Étourneaux !... »

A demain donc, pour entendre les cris des Étourneaux. Mais, vous commencez à le savoir, désormais, le royaume d'Ésope n'est pas sans recéler d'inattendues coïncidences ; ce que vous trouverez ici, et encore en atteste.

-----------------

Sommaire

Introduction. Castor, Pollux et les Pould'Ô

1. Les Paniers aux œufs d'or

2. Séduire les Etourneaux

3. La science de Pollux

4. Les cris des Etourneaux

5. Les piaillements bâillonnés

6. Chez l'arbitre des rongeurs

7. Les Etourneaux en appellent à l'Hermine

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.